Ce site sera beaucoup plus agréable à explorer avec un navigateur qui correspond aux standards du Web, mais il est accessible à tout navigateur ou autre logiciel de navigation sur Internet.

Ressources pour :

Foire aux questions

Nous vous invitons à nous soumettre vos questions et vos commentaires sur tous les sujets.

Envoyez-les par courriel à : artsweb@nac-cna.ca

Ou écrivez-nous au :
Centre national des Arts
Nouveaux médias -  Artsvivants.ca
53, rue Elgin
Ottawa (Ontario)  K1P 5W1
Canada

Foire aux questions :

Foire aux questions des élèves

  • Comment devient-on un musicien professionnel?
    Les musiciens d'orchestre ont généralement fait de longues études en musique et détiennent un diplôme d'études postsecondaires dans ce domaine. Pour obtenir de plus amples renseignements et des conseils à ce sujet, regardez nos entrevues avec des musiciens de l'Orchestre du CNA ou lisez-en la retranscription.
  • Mes exercices m'ennuient. Auriez-vous quelques conseils pour les rendre plus intéressants?
    Nos spécialistes cherchent présentement une réponse à cette question. En attendant, visitez le site suivant pour avoir des suggestions sur les exercices (en anglais).

Foire aux questions des enfants

  • Combien d'heures par jour les musiciens s'exercent-ils?
    De nombreuses, nombreuses, nombreuses heures. Selon le morceau qu'ils doivent préparer, les musiciens peuvent répéter jusqu'à huit heures quotidiennement, et même parfois plus!

Jeunes artists

  • Comment puis-je étudier avec le maestro Pinchas Zukerman?
    Si vous étudiez la musique et jouez au niveau postsecondaire, vous êtes admissible au Programme des jeunes artistes du Centre national des Arts. Surveillez également les activités liées à la tournée de l'Orchestre du Centre national des Arts. Bien que M. Zukerman ne donne pas de cours privés, vous pourriez avoir la chance d'assister à l'un de ses ateliers de maître. Vous pouvez aussi regarder des extraits vidéo de l'un des ateliers du maestro. Ces extraits sont archivés à la section Ressources musicales, sur la page des diffusions Web.

Conseils de musiciens :

Karen Donnelly, trompette solo de l’Orchestre du Centre national des Arts, a répondu à la question suivante :

Jillian D., St. John's (Terre neuve)

Bonjour,
Ma question s'adresse à Karen Donnelly. En tant que membre d'un orchestre symphonique de jeunes, j'ai eu l'occasion de travailler avec elle lorsqu'elle était en tournée chez moi, à St. John's. Depuis, j'ai dû me faire poser des broches, ce qui fait que j'ai maintenant du mal à jouer de la trompette. Je me demandais si vous, Karen, aviez des suggestions ou des trucs à me donner pour que je puisse m'habituer à jouer avec des broches.
Merci beaucoup

Jillian Dawe

Karen Donnelly:

Chère Jillian,

Je veux tout d'abord te remercier pour ton courriel et te dire que je suis désolée d'apprendre que tes broches te causent des problèmes. Il n'y a malheureusement pas grand-chose que tu puisses faire pour l'instant, sauf peut-être garder en tête ces quelques conseils.

Les premiers temps, il est normal que tu ne sois pas à l'aise. Si les choses empirent ou ne semblent pas s'améliorer, applique de la glace sur tes lèvres. Cela calmera la douleur et, avec un peu de chance, réduira la pression. Personnellement, j'utilise une cannette de cola froide, mais des glaçons dans un verre d'eau font très bien l'affaire.

Ton registre diminuera au début, ce qui est généralement temporaire. Profite de cette période pour exercer ta technique (p. ex., les coups de langues doubles et triples et les coulés entre sol et do, ascendants et descendants) dans ton registre moyen. Ces exercices t'aideront à ne pas perdre la main et constitueront une bonne base sur laquelle tu pourras t'appuyer une fois que tu te seras habituée à tes broches.

J'ai connu des gens qui utilisaient de la cire qu'ils s'étaient procurée dans un magasin de musique ou un protecteur pour les dents en plastique (je ne suis pas certaine de l'endroit où ils l'avaient trouvé, mais je peux m'informer si tu veux), ce qui est supposé diminuer l'inconfort. En fait, je crois que c'est le meilleur moyen de t'assurer de ne pas appuyer ta trompette sur tes dents ni d'exercer de pression avec la bouche pour jouer les notes aiguës. Maintenant, il est physiquement impossible que tu puisses jouer sans pousser beaucoup d'air! L'air DOIT jouer son rôle, sinon tu te blesseras les lèvres.

Essaie de rester positive face à tout cela. Avec un peu de recul, tu te rendras compte que cette période n'est que de courte durée. Je connais beaucoup de gens qui ont eu des broches, et après les avoir fait enlever, ils jouaient encore mieux parce qu'ils étaient habitués à pousser beaucoup d'air et que leur son était encore plus riche et clair.

Ce fut un grand plaisir pour moi de travailler avec vous à St. John's; dis bonjour à tout le monde de ma part! Je te remercie d'avoir visité Artsvivants.ca; donne de tes nouvelles quand tu veux!

Prends soin de toi,
Karen Donnelly
Premièegrave;re trompette
OCNA

Nic Nac, la mascotte d’Artsvivants.ca, a répondu à la question suivante au nom de Nicholas Atkinson, tubiste de l’Orchestre du Centre national des Arts :

Caroline Boisclair, Montréal (Québec)
Cette question s’adresse au tubiste de l’OCNA. Je voudrais savoir comment vous avez fait pour entrer dans l’Orchestre du CNA et si vous avez un conseil à me donner pour que j’améliore mon son. Merci. Je vous admire beaucoup.
Caroline

Nic Nac:

Bonjour Caroline,

Je viens tout juste de communiquer avec le tubiste de l’Orchestre du CNA (OCNA), Nicholas Atkinson, pour lui poser les questions que tu as envoyées à Artsvivants.ca. Voici ce qu’il a répondu :

Il fait partie de l’OCNA depuis 1976. L’OCNA est un orchestre de taille classique, ce qui signifie qu’il se spécialise dans l’interprétation d’oeuvres musicales de la période classique et qu’il ne compte habituellement qu’environ 46 musiciens. En général, ce type d’orchestre n’a pas de tubiste, mais souvent, l’OCNA voulait jouer des pièces qui nécessitent d’autres instruments, comme le tuba. L’orchestre a donc tenu des auditions, et c’est M. Atkinson qui a été sélectionné pour jouer du tuba lorsque l’orchestre en aurait besoin. Il possédait déjà une vaste expérience. Pas étonnant que l’OCNA ait voulu qu’il se joigne aux autres musiciens! Pour en savoir plus sur M. Atkinson et sur sa carrière, tu peux te rendre dans la section « Fosse d'orchestre – Biographie des musiciens », puis cliquer sur son nom.

Ensuite, M. Atkinson a fait les recommandations suivantes pour t'aider à améliorer ton son :

  • Joue des mélodies seulement àagrave; l'aide de l'embouchure
  • Certains tubistes débutants ont tendance à trop serrer les lèvres quand ils jouent
  • Ouvre bien la bouche lorsque tu joues
  • En ouvrant la bouche plus grand, tu pourras laisser passer plus d'air, ce qui produira un son plus velouté

J'espère que les commentaires et suggestions de M. Atkinson te seront utiles.

Bonne chance dans ton apprentissage musical!

Sincerely,
Nic Nac

Une autre question de Caroline B., Montréal (Québec) :
Bonjour, je désire acheter mon propre tuba et j'aimerais savoir la marque du tuba de votre tubiste.

Nic Nac, la mascotte d’Artsvivants.ca, a répondu à la question suivante au nom de Nicholas Atkinson, tubiste de l’Orchestre du Centre national des Arts :

Bonjour Caroline,

M. Nicholas Atkinson, le joueur de tuba de l'Orchestre du CNA, se sert de deux instruments : le plus grand est un CC Hirsbruner, fabriqué en Suisse ; le plus petit est un « Sovereign » d'Eb Boosey and Hawkes (appelé Besson aujourd'hui), fait en Angleterre.

Selon M. Atkinson, « si Caroline souhaite s'acheter un tuba, il vaut mieux qu'elle se procure un Eb. Cet instrument est plus polyvalent et peut être joué dans des harmonies, des orchestres, des quintettes de cuivres, etc. C'est celui que j'utilise environ les trois quarts du temps. Je préfère le Besson pour son timbre, mais Yamaha fabrique aussi un très bon tuba. Je recommande à Caroline d'acheter un modèle professionnel de première qualité si elle en a les moyens. On peut toujours vendre un bon instrument si les choses ne vont pas comme on veut. Arduini et Twigg sont de bons vendeurs (établis tous les deux à Montréal). »

J'espère que ces renseignements te seront utiles.

Salutations,
Nic Nac

Kenneth Simpson, percussionniste de l'Orchestre du Centre national des Arts, a répondu à la question suivante :

Romain, Bourg-la-reine, France

Bonjour, je suis passionné de musique et je voudrais savoir comment et par quelles études devenir Percussionniste pro.

Cher Romain,

Merci de ta question, qui est très intéressante. Je suis désolé d'avoir mis tant de temps à y répondre, mais le métier de musicien est très prenant!

J'aimerais d'abord te dire qu'il faut beaucoup de discipline, de dévouement et de passion pour devenir musicien professionnel établi. Ton message me laisse toutefois croire que tu possèdes déjà plusieurs de ces caractéristiques.

Mon premier conseil est de trouver un bon professeur et de suivre régulièrement des cours avec lui. Il t'aidera à perfectionner ta technique, te recommandera de bons cahiers d'exercices, te conseillera d'écouter certains enregistrements et, avec un peu de chance, il deviendra pour toi une source d'inspiration.

Bien sûr, c'est beaucoup demander à une personne, mais il ne faut pas que tu oublies que c'est à toi que revient l'essentiel du travail. Si tu aimes ce que tu fais, alors tous tes efforts, l'étude et l'exercice seront pour toi plus une source de plaisir qu'une corvée.

Je te suggère également d'assister au plus grand nombre de concerts de qualité possible. N'hésite pas à discuter avec les musiciens que tu rencontres. Ils ont tous de bons conseils et des renseignements utiles à donner aux jeunes passionnés de musique comme toi.

Je te souhaite la meilleure des chances. Et si jamais tu viens au CNA à Ottawa, appelle-moi!

Ken Simpson
Percussionniste de l'OCNA

Jean-Philippe Tremblay ancien chef apprenti de l'Orchestre du Centre national des Arts a répondu aux questions suivantes :

Question de Sandra, Ottawa

Bonjour monsieur Tremblay. Comment allez-vous? Comment faites-vous pour diriger tous ces gens? Est-ce ennuyeux de toujours voyager? Combien de temps cela vous a-t-il pris avant de savoir que vous étiez bon dans ce métier de musicien? Merci de votre collaboration et à bientôt, j'espère.

Jean-Philippe:

Pour diriger tous ces gens, il faut bien connaître la partition et aussi connaître les instruments qui composent l'orchestre. Ensuite, on essaie de leur transmettre ce que l'on connaît de l'oeuvre et aussi de voir ce qu'ils en connaissent. Voyager est enrichissant et j'aime beaucoup découvrir de nouvelles villes et de nouveaux pays. On se fait aussi beaucoup d'amis lorsqu'on voyage.

Question de Christopher, Ottawa

Est-ce que ça devient fatigant d'avoir les bras en l'air tout le temps?

Jean-Philippe:

Disons que ça garde en forme! C'est comme un sport, il faut développer une endurance et essayer d'éliminer les gestes inutiles et les tensions.

Question de Kacie, Ottawa

Quel est le meilleur musicien à cordes de toute l'histoire?

Jean-Philippe:

Il y a plusieurs musiciens à cordes que j'admire énormément, comme Pinchas Zukerman! J'aime aussi beaucoup Yo Yo Ma. Ça reste une question de goût personnel et il y a des centaines de musiciens fantastiques!

Question de Rosanna, Ottawa

Comment c'est que d'être chef d'orchestre?

Jean-Philippe:

Être chef, c'est un peu comme faire la cuisine dans un restaurant : on a des responsabilités et on doit s'assurer que tous les éléments sont bien dosés. Il faut respecter les musiciens avec qui on travaille et leur donner le goût de jouer la musique qu'ils ont sur leur lutrin. Pour moi, c'est une manière fantastique de me perfectionner sur le plan artistique!

Question de Chloé & Chantal, Vancouver

M. Tremblay, a tu des frères et des soeurs?

Jean-Philippe:

J'ai une soeur de 18 ans qui étudie en Droit.

Question de Dominic, Montréal

À quel âge les altistes ont-ils commencé à jouer de l'alto?

Jean-Philippe:

Ça dépend des personnes, mais pour la plupart, on commence par le violon quelques années avant de faire le changement. Sinon, c'est comme les autres instruments, on peut commencer quand on en a le goût et la chance!

Question de Andreanne, Buckingham, QC

Bonjour. J'aimerais poser une question à Jean-Philippe Tremblay. As-tu déjà oublié tes partitions pendant un grand spectacle?

Jean-Philippe:

C'est arrivé quelques fois, mais heureusement, quelqu'un en a normalement d'autres. Sinon, on doit jouer de mémoire! J'ai même déjà oublié de mettre mon alto dans son étui avant un concert et je suis arrivé à la salle avec un étui vide!

Question de Marie-France, Buckingham, QC

J'aimerais savoir comment on se sent lorsqu'on se trouve devant un orchestre dont on est le directeur musical.

Jean-Philippe:

Quand on est directeur musical, on a des responsabilités différentes de lorsqu'on est chef d'orchestre invité pendant seulement une semaine à peu près. Sur le plan musical, cependant, il n'y a pas de différence lorsqu'on est sur le podium : on doit savoir ce qu'on fait et inspirer tous ces grands musiciens.

Question de Curtis, Buckingham, Québec

Bonjour. Je m'appelle Curtis et j'ai une question pour Jean-Philippe Tremblay. Que faites-vous pour vous préparer à un concert?

Jean-Philippe:

Quand je prépare un concert, je passe de nombreuses semaines à regarder ma partition, à écouter la musique et à la jouer au piano. Apprendre un nouveau morceau demande beaucoup de temps, parfois même des mois! On doit prévoir comment on va diriger la musique, mais aussi marquer les parties, ajouter les coups d'archet pour les cordes et faire bien d'autres choses!

Question de Natacha, Buckingham, Québec

Salut, j'aimerais savoir combien de temps cela vous prend pour apprendre une pièce au complet et pour que tous les musiciens soient capables de la jouer parfaitement. Merci beaucoup.

Jean-Philippe:

Apprendre une nouvelle pièce peut prendre plusieurs semaines et même plusieurs mois pour le chef et aussi parfois pour les musiciens. Une fois que les répétitions commencent, c'est en général un processus d'une semaine de répétitions.

Question de Mélanie, Buckingham, Québec

J'aimerais cela savoir comment vous vous sentez lorsque vous êtes sur scène devant des centaines de spectateurs. Merci beaucoup.

Jean-Philippe:

Je me sens toujours un peu nerveux, mais il faut oublier qu'il y a tant de gens et faire la meilleure musique possible. Aussi, avoir tant de spectateurs derrière nous est très stimulant!

Marjolaine Fournier, Assistante première contrebasse a répondu aux questions suivantes :

Questions de Lory, Montréal

Lory: Est-ce que vos métiers dans la vie ont un rapport avec la musique?

Marjolaine: Mon métier est de jouer de la contrebasse dans l'OCNA. J'ai été chanceuse : j'ai toujours réussi à gagner ma vie dans la musique, en jouant dans des orchestres, en enseignant la musique et en jouant de l'orgue à l'église.

Lory: Est-ce que, dans votre vie, vous avez déjà voulu arrêter la musique?

Marjolaine: Oui. Quand j'ai commencé les cours de musique, j'ai eu un cours où le professeur n'était pas content de mon travail. J'ai bien pleuré, je voulais arrêter, puis je me suis reprise et j'ai travaillé plus fort et mieux. Une chance!

Lory: Comment avez-vous réussi à entrer dans l'orchestre?

Marjolaine: Un poste de contrebasse s'est ouvert dans l'orchestre, je me suis inscrite aux auditions et j'ai passé une audition.

Voici comment fonctionne une audition : tous ceux qui sont inscrits pigent un numéro pour savoir qui jouera en premier. Ensuite, chacun son tour, on entre dans une salle et on joue quelques passages sélectionnés par le jury. Les juges choisissent les musiciens qu'ils préfèrent, et ceux-ci jouent à nouveau au cours d'une deuxième ronde, ensuite à une ronde finale, jusqu'à ce que les juges arrivent à choisir une personne. C'est une journée pas mal excitante!

* Lorsqu'on s'inscrit aux auditions, l'orchestre fait parvenir aux candidats une liste de passages musicaux qu'il faut apprendre pour l'audition.

Questions de Alexandra, Montréal

Alexandra: Combien d'heures vous exercez-vous par semaine (orchestre à cordes)?

Marjolaine: Nous avons, en général, huit « séances » de deux heures et demie (répétitions et concerts). En plus, je m'exerce à la maison.

Alexandra: Peut-on gagner sa vie convenablement seulement en jouant de la musique?

Marjolaine: Malheureusement, ce n'est pas toujours facile. Dans mon orchestre, c'est possible. J'ai aussi des amis qui gagnent bien leur vie en jouant dans plusieurs petits orchestres en même temps.

Alexandra: Aimez-vous faire des concerts, et quelles sont vos émotions avant les concerts?

Marjolaine: Je suis nerveuse avant les concerts. Nerveuse comme on peut l'être avant de donner un cadeau à quelqu'un qu'on aime. J'aime beaucoup jouer en concert, mais seulement quand je sens que je suis bien préparée.

Alexandra: Est-ce que vos pratiques musicales nuisent parfois à votre métier?

Marjolaine: Maintenant, mon métier est de jouer dans l'OCNA. Avant de jouer ici, j'ai toujours gagné ma vie en faisant de la musique ou en enseignant la musique. J'ai joué de l'orgue à l'église, joué dans des orchestres, fait du jazz, enseigné l'orgue, la contrebasse et la théorie musicale.

Questions de Dominic, Montréal

Dominic: Comment fait-on pour entrer dans un orchestre professionnel?

Marjolaine: Il faut attendre qu'il y ait un poste ouvert. On s'inscrit aux auditions, on prépare la musique que le jury voudra entendre et on joue chacun son tour la même journée.

Dominic: Voyagez-vous beaucoup?

Marjolaine: Pas cette année. L'an dernier, nous avons fait une tournée dans l'Ouest canadien et, avant, nous étions allés en Europe et au Moyen-Orient. J'ai très hâte de faire une tournée avec l'OCNA dans les Maritimes l'an prochain.

Dominic: Quand avez-vous décidé de devenir un musicien professionnel?

Marjolaine: C'est arrivé comme ça. Lorsque j'ai eu 19 ou 20 ans, tous mes emplois étaient liés à la musique. Je n'ai pas tardé à faire de la musique à la pige, et c'est alors que j'ai commencé à vivre de la musique. Jouer à la pige, c'est jouer dans des orchestres qui nous appellent lorsqu'ils ont besoin d'un contrebassiste. On peut bien gagner sa vie en travaillant à la pige, particulièrement dans les grandes villes qui ont beaucoup d'orchestres.

Dominic: Quels sont vos passe-temps à part la musique?

Marjolaine: J'en ai beaucoup! J'aime jouer des instruments dont je ne joue pas dans l'orchestre. J'aime aussi la course, la pêche, les jeux vidéo, le travail du bois, la cuisine, la lecture et le cyclisme.

Dominic: Est-ce qu'il y a quelqu'un qui est venu à Joseph-François-Perrault?

Marjolaine: J'ai une amie violoniste, Carole Meneghel, qui allait à Jean-François-Perrault. C'était dans les années 80.

Dominic: Est-ce que vous avez le trac avant les concerts?

Marjolaine: Oui. C'est pourquoi je dois m'exercer beaucoup avant pour pouvoir me dire de ne pas m'inquiéter. Quand j'ai le trac, mes mains tremblent. Mais mon trac est maîtrisable. Après un concert, c'est bien difficile de dormir!

Dominic: Combien d'heures vous exercez-vous par jour?

Marjolaine: Je me prépare le matin pendant une heure avant le travail pour me réchauffer. Je ne compte pas les heures ensuite, mais je répète toute la journée, puis le soir il faut retravailler ce qui n'a pas bien marché. Tout ça pour dire que mon heure la plus importante est celle du matin, mon réchauffement : sons filés, gammes, arpèges, exercices. Je passe mes journées à jouer. Durant mes jours libres, je travaille le répertoire des semaines à venir : j'apprends les notes, je trouve un enregistrement et je l'écoute. Si c'est nécessaire, je regarde la partition du chef d'orchestre. Ensuite, je joue ma partition avec le disque (très le fun!). Si je suis bien préparée, j'ai moins besoin de m'exercer après mes journées dans l'orchestre - je suis souvent bien fatiguée après les répétitions.

Je conseille à mes élèves de faire un bon réchauffement. Mes élèves débutants font 50 minutes par jour, mes élèves avancés, de deux à trois heures.

Dominic: Est-ce que vous vous faites des amis dans l'orchestre?

Marjolaine: Ah oui! J'ai de bons amis dans l'orchestre. J'ai toujours essayé de m'entourer d'amis comme moi qui aiment travailler fort et bien. C'est important d'avoir du bon monde autour de soi. Je suis bien chanceuse.

Dominic: Est-ce que vous avez du temps à consacrer à votre famille?

Marjolaine: Je n'ai malheureusement pas d'enfants et ma famille est bien loin. Je suis sûre que mes collègues qui ont des enfants s'organisent bien pour passer le plus de temps possible en famille. À cause de notre horaire un peu fou, c'est un défi, je crois. Beaucoup d'entre nous vivons maintenant loin de nos familles, parce qu'il a fallu déménager là où il y avait un poste de musicien ouvert.

Question de Mme Posso, Montréal

Mme Posso: Avez-vous une vie sociale?

Marjolaine: Oui. La plupart de mes amis sont musiciens. Nous nous voyons après les concerts. Aussi, puisque le dimanche est souvent une grosse journée de répétition à la maison, nous nous rencontrons pour le « souper du dimanche ». Nos journées de congé changent de semaine en semaine.

Questions de Bobby, Montréal

Bobby: Est-ce qu'on peut être riche avec la musique?

Marjolaine: Je crois que lorsqu'on est musicien, il ne faut pas trop s'attendre à devenir richeÉ Par contre, ma richesse est que mon travail est ce que j'aime faire le plus au monde, et ça, c'est très rare. J'ai quelques amis qui sont « riches » de la musique. Ils sont très doués.

Bobby: Qui est votre compositeur préféré?

Marjolaine: Certains compositeurs que j'aime écouter ne sont pas agréables à jouer à la contrebasse. Prenons Ravel, par exemple : son Boléro est captivant, mais j'ai l'impression que je ne fais que répéter sans cesse les mêmes deux ou trois notes.

Par contre, c'est agréable de jouer du Mozart, du Bach et du Beethoven à la contrebasse. J'adore écouter Chopin, Debussy, Telemann, Schubert, Prokofiev, Marais. Ouf! J'aime Dinah Washington (une chanteuse de jazz), Ella Fitzgerald, Jann Arden, kd lang et Joni Mitchell. Les trois dernières sont des chanteuses canadiennes qui écrivent leur propre musique.

Question de Samuel and Meghan, Toronto

Question: Jouez-vous d'un seul instrument ou de plusieurs?

Marjolaine : Je joue bien de la contrebasse et je joue mal de beaucoup d'instruments, juste pour le plaisir : orgue, piano, guitare, viole de gambe, banjo, flûte, basse électrique. J'achète mes instruments dans des bric-à-brac et je m'amuse.

Question de Carmen and Monica, Vancouver

Question: Pourquoi avez-vous choisi de jouer de la musique au lieu de faire autre chose?

Marjolaine : Je savais que, quoi que je devienne, je jouerais toujours de la musique. Lorsque je suis entrée au collège, j'ai choisi de jouer de la musique à temps plein. Heureusement, je me suis trouvé un emploi qui me permettait de gagner ma vie avec la musique. Pour moi, découvrir la musique a été comme de tomber amoureuse : je ne voulais rien d'autre.

Question de Laura, Nikki and Jennifer, Vancouver

Question: Est-ce difficile de jouer de votre instrument?

Marjolaine : C'est parfois difficile : mes mains deviennent raides ou fatiguées, ou j'en ai assez. Le matin, il est parfois difficile de se réchauffer et il arrive que je ne trouve pas agréable de m'exercer. Mais je le fais, puis je me récompense.

Question de Erica, Halifax

Erica: Est-ce que quelqu'un vous a influencée dans votre décision de vous joindre à l'orchestre?

Marjolaine : Oui. Ma professeure a obtenu un poste dans l'OCNA et a quitté Montréal pour y jouer. Elle ne cessait de louanger l'orchestre et m'a donné le goût d'en faire partie. Heureusement pour moi, un poste s'est ouvert plus tard!

Questions de Sergio, Montréal

Sergio: Combien d'années avez-vous joué pour en arriver au point culminant où vous êtes?

Marjolaine : J'ai commencé la contrebasse à 14 ans et j'ai gagné mon poste ici à 25 ans, tout de suite en sortant de l'école. Ça fait 10 ans que je suis dans l'orchestre.

Sergio: Quel âge avez-vous ?

Marjolaine : J'ai 36 ans. Mon anniversaire est en juin.

Questions de Olivier, Montréal

Olivier: De combien d'années d'études avez-vous eu besoin pour devenir un musicien professionnel et combien faites-vous par année?

Marjolaine : J'ai étudié la musique pendant environ dix à douze ans.

Olivier: Gagnez-vous votre vie en jouant de la musique? Sinon, quel est votre deuxième travail?

Marjolaine : Oui. Je passe tout mon temps à faire de la musique. J'enseigne aussi la contrebasse.

Olivier: Lorsque vous étiez jeune, pensiez-vous que vous deviendriez un grand musicien? Pourquoi avez-vous choisi de devenir musicien?

Marjolaine : C'était un rêve pour moi. J'espérais devenir musicienne, mais je n'avais jamais imaginé que je jouerais dans un orchestre symphonique. J'ai senti très jeune que j'étais une musicienne : j'ai commencé à gagner ma vie avec la musique à 18 ou 19 ans.

Olivier: Votre travail a dû vous permettre de voyager dans plusieurs pays; quels sont ceux que vous avez visités?

Marjolaine : J'ai été très chanceuse pour les voyages! J'ai visité la Nouvelle Orléans, New York, la Floride, l'Espagne, le Japon, la Corée, la Belgique, la Pologne, la France, l'Angleterre, l'Allemagne, Israël, l'Italie, la Suisse, mais aussi et surtout, j'ai joué partout au Canada, sauf dans le Nord (Yukon, Nunavut et Territoires du Nord-Ouest). J'espère y aller un jour!

Donnie Deacon, second violon solo, a répondu aux questions suivantes :

Question de Greg, Halifax

Greg: Je joue du violon et j'aimerais savoir à quel âge vous avez commencé à jouer, parce que la plupart des gens qui jouent du violon ont commencé tôt.

Donnie: J'avais dix ans.

Question de Victor, Montréal

Victor: J'admire votre bon travail et votre persévérance. Je suppose qu'il est parfois difficile d'être des violonistes professionnels. Avez-vous quand même une vie sociale quand vous ne jouez pas ou ne vous exercez pas? Est-il parfois difficile de vivre quand on est musicien? P.S. Votre site Web est vraiment super!!!

Donnie: Merci. Comme la musique est ma passion, j'y consacre la plus grande partie de mon temps, mais quand je ne m'exerce pas, j'aime jouer aux fléchettes et faire une partie de billard. Je voyage aussi beaucoup. Je pense que toute profession a ses côtés difficiles.

Question de Alexandra, Montréal

Alexandra: Combien de temps faut-il pratiquer le violon pour se rendre à votre stade?

Donnie: Ça dépend du temps que tu passes à t'exercer et de ta rapidité d'apprentissage. J'ai commencé à l'âge de dix ans et j'ai maintenant 22 ans.

Question de Lory, Montréal

Lory: Les premières fois que vous avez joué du violon à la maison, que disaient vos parents à propos du son? Parce que moi, on me disait d'aller m'exercer dans le garage parce que je ne jouais pas très bien!!

Donnie: J'ai dû appeler mon père en Écosse pour cette question. Il dit que, bien sûr, ma musique était un peu discordante au début, mais comme j'ai fait preuve d'un certain talent, ça a facilité les choses.

Question de Chammi and Ben, Toronto

Question: Que faites-vous lorsque vous jouez en concert et que vous commettez une erreur?

Donnie : J'essaie vraiment de ne pas faire d'erreurs, et c'est pour ça que je m'exerce autant, mais quand ça arrive, il faut les oublier pour ne pas en commettre d'autres.

Question de Winnie and Adrian, Toronto

Question: Quel a été le meilleur concert que vous avez fait et pourquoi?

Donnie: Mon meilleur concert était à Greyfries Kirk (la célèbre cathédrale d'fdimbourg). J'ai joué la Chaconne de Bach pour violon seul. L'endroit était magnifique et l'acoustique était parfaite. En musique, la perfection n'existe pas, mais c'était la fois où je m'en suis le plus rapproché.

Pour obtenir des conseils supplémentaires de la part de musiciens, consultez la section Orchestre du CNA et Amis d'Artsvivants.ca. Vous y trouverez des entrevues fascinantes avec des musiciens d'orchestre professionnels!