Précédent Atayoskewin (1984)
Forsyth, Malcolm
Suivant Simulacrum (1987)
Anhalt, Istvan
Jouer

Taille du fichier: 11.26 Mo

Ce fichier audio dépasse les 6 Mo

07:48

Symphonie n° 5, opus 237 «Lac Rideau» (1986)

Portrait du compositeur Mannino, Franco

Mannino, Franco

24 avr. 1924 - 01 févr. 2005

Vue d'ensemble

Cette symphonie en cinq mouvements fut inspirée par le grand lac Rideau près d’Ottawa, où le compositeur italien Franco Mannino (qui occupait également à l'époque le poste de directeur musical de l'Orchestre du Centre national des Arts) fut invité à séjourner à la résidence d'été d'Hamilton Southam, le premier directeur général du Centre. En savoir plus

Biographie

Né à Palerme (Italie), 24 avril 1924;
décédé à Rome, 1er février 2005

Les Canadiens, en particulier ceux qui vivent à Ottawa, se souviendront toujours de Franco Mannino, d’abord et avant tout, comme directeur musical de l’Orchestre du Centre national des Arts de 1982 à 1986. Malgré son énorme catalogue de près de 500 œuvres, le compositeur et chef d’orchestre Mannino n’a programmé que très peu de ses propres compositions pendant qu’il était en poste à Ottawa.

Pianiste, auteur et compositeur

Franco Mannino amorce sa carrière musicale comme pianiste, donnant son premier récital à seize ans. Après la Deuxième Guerre mondiale, il est le premier pianiste italien invité à se produire aux États-Unis. Dans les années qui suivent, Mannino devient aussi un écrivain confirmé, avec six ouvrages publiés. Mais il s’illustre surtout comme compositeur, fort d’un catalogue qui compte près de 500 pièces, dont un bon nombre voient le jour à la suite de son séjour au Canada. Son catalogue comporte douze symphonies et au-delà d’une dizaine d’œuvres théâtrales. Il collabore aussi à plus de cent longs-métrages, en qualité de compositeur ou de directeur musical, auprès de réalisateurs aussi prestigieux que John Huston, Leonide Moguy, Mario Soldati et Luchino Visconti.

Chef d’orchestre

Comme chef d’orchestre, outre l’Orchestre du CNA, Mannino a dirigé beaucoup d’autres ensembles, particulièrement en Italie et en Russie. Il est aussi monté sur le podium au Japon à plusieurs occasions, et il a été le premier Italien invité à diriger des orchestres à Beijing et à Shanghai. Avant son passage à Ottawa, il a œuvré comme directeur artistique du théâtre San Carlo de Naples, et après son départ du CNA, il a dirigé l’Accademia Filarmonica à Bologne. On lui doit aussi de nombreux enregistrement, y compris quatre avec l’Orchestre du CNA et plus d’une vingtaine avec l’Orchestre philharmonique de Leningrad. Pendant qu’il était en poste à Ottawa, il a dirigé l’orchestre dans sa première tournée asiatique en 1985.

Des prix et un vibrant adieu

En un peu plus de cinquante ans de carrière, Mannino a récolté au-delà d’une vingtaine de prix et de récompenses. L’un des tout premiers fut le prix Diaghilev, qui lui fut décerné en France en 1956 en tant qu’auteur de la « meilleure création musicale de l’année » pour son ballet Mario e il mago (« Mario et le magicien »), sa première œuvre pour la scène, sur un livret de Luchino Visconti adapté de la nouvelle homonyme de Thomas Mann. (Le compositeur canadien Harry Somers a tiré du même récit un opéra de trois heures, qui fut créé à Toronto en 1992.) Avant son départ du pays en 1986, le gouvernement canadien a organisé un Festival Mannino en hommage à son apport à la vie musicale du Canada. Parmi les autres prestigieuses récompenses qu’il a reçues, mentionnons la médaille d’or que lui a décernée le président de la République italienne.

Programme de concert

Franco Mannino: né à Palermo, Italie, le 24 Avril; décédé à Rome le 1 février, 2005

Hamilton Southam a demandé à son grand ami Franco Mannino d'écrire une œuvre inspirée par Ie Rideau Lake où il a sa résidence secondaire. Lorsque Mannino se rendit à ce lac, il fut émerveillé par sa beauté et décida d'écrire une symphonie, le modèle des formes classiques, pour dépeindre cette beauté. Il opta pour une symphonie concertante afin que les principales parties orchestrales soient jouées par des solistes.

La symphonie compte cinq mouvements et dans le mouvement final Peace and Love on Rideau Lake, I'orchestre quitte la salle. Les quatre autres mouvements font appel aux premiers pupitres de I'orchestre pour tenir les emplois de solistes. Dans Ie premier mouvement, Colours of Rideau Lake, les instruments à cordes sont les protagonistes: Ie premier violon, Ie second violon, le premier alto, le premier violoncelie et la première contrebasse. Le premier mouvement est construit dans le style «quasi fantasia» que Beethoven a utilisé dans les sonates qu'il a nommées «quasi una fantasia». Le premier cor et la première trompette sont les solistes du deuxième mouvement, Trees of Rideau Lake qui est de forme adagio. Dans Ie troisième mouvement, Birds of Rideau Lake, les protagonistes sont Ie piccolo, la flûte, Ie hautbois, Ie cor anglais, la clarinette et Ie basson et c'est un scherzo classique mais sans trio. Le quatrième mouvement, Summer Storm, ne comprend qu'un seul protagoniste: Ie percussionniste qui joue de plusieurs instruments - cymbales suspendues, vibraphone, tam-tam, grosse caisse, caisse claire, tambour de basque, triangle, machine à vent, marteau, sirène de bateau, sifflement d'oiseau et tôle a tonnerre. Même si la forme de ce mouvement est celle de la dernière partie d'une sonate, c'est une pièce de virtuosité semblable à celles qu'on trouve dans les concertos pour solistes et orchestre. Dans ce mouvement toutefois, Ie soliste doit interpréter une cadence fort difficile.

La symphonie est dédiée à Hamilton Southam et à sa charmante femme Marion. Le dernier mouvement Peace and Love on Rideau Lake est un adieu plein d'amour et de gratitude qui s'adresse à Hamilton et à sa femme, a tous les amis canadiens et à l'Orchestre du CNA.

Cette œuvre a été commandée pour l'Orchestre du CNA par Ie premier directeur général du Centre, Hamilton Southam. J'ai demandé a celui-ci d'écrire quelques mots à propos de cette commande et voici ce qu'il a répondu:

«Où que je sois, je me rappelle de l’îIe de Rideau Lake où ma famille a passé de nombreux étés. Des images semblables, des souvenirs d'enfance de paysages champêtres dans I'est de l'Ontario ou dans la Gatineau hantent sûrement I'imagination de tous ceux qui ont grandi ici, Lorsque mon cher ami Franco Mannino a accepté de composer une œuvre pour notre orchestre préféré afin de rendre hommage à la beauté du Rideau Lake, j'ai été enchanté. C'est dans ce même esprit d'émerveillement que je voudrais offrir cette symphonie à mes concitoyens, à mes compatriotes et aux gens du monde entier.»

Bien que surtout connu par le public d'Ottawa comme chef d'orchestre, Franco Mannino a écrit nombre d'œuvres remarquables pour la scène, pour le cinéma, pour orchestre, pour ensembles de chambre et pour piano seul (l'instrument dont il joue). II a commencé par composer un magnifique Concerto pour piano en 1954. Depuis, ses œuvres ont été jouées dans toute l'ltalie et à travers l'Europe. Cette Cinquième Symphonie est la première des grandes partitions signées Mannino que les mélomanes d'Ottawa auront I'occasion d'entendre.

Elle a été écrite l'été dernier et est dans la tradition de la musique évocatrice et qui contribue à la peinture d'une atmosphère. Dans chacun des cinq mouvements, Ie compositeur demande aux instruments solos de I'orchestre de former un groupe «concertante» contrastant comme I'ont fait les grands prédécesseurs italiens de Mannino, Vivaldi et Corelli.

Robert Markow

Cette année dans l'histoire: 1986

Histoire, politique et société

  • Le Canada adopte des sanctions contre l'Afrique du Sud afin de protester contre sa politique d'apartheid.
  • Le Canada accepte d'imposer une taxe de 15 % – représentant 600 millions de dollars par an – sur ses exportations de bois d'œuvre aux États-Unis. Il s'agit de la plus importante pénalité auto-imposée de l'histoire du commerce mondial.
  • L'Espagne et le Portugal sont accueillis au sein de la Communauté européenne, qui deviendra par la suite l'Union européenne.
  • On observe pour la première fois aux États-Unis le jour férié fédéral en l'honneur de Martin Luther King.
  • L’affaire Iran-Contra : Deux employés du National Security Council, Oliver North et sa secrétaire, sont surpris à détruire des documents révélant leur participation à des ventes d'armes à l'Iran. L'argent résultant de ce commerce servait ensuite à financer les rebelles Contras au Nicaragua.

Nature, science et technologie

  • John C. Polanyi, professeur à l'Université de Toronto, reçoit conjointement avec deux autres chercheurs, le prix Nobel de chimie pour la mise au point du laser chimique.
  • La catastrophe de Tchernobyl : un accident se produit pendant des essais de sécurité à la centrale nucléaire de Tchernobyl à Pripyat, dans la république socialiste d'Ukraine, en Union soviétique. Le bilan s'élève à au moins 4056 victimes. Les retombées radioactives de l'accident se concentrent en Biélorussie, en Ukraine et en Russie et au moins 350 000 personnes doivent être évacuées. 

Arts, littérature et divertissement

  • Le film Le Déclin de l'empire américain sort sur les écrans et obtient un grand succès critique et commercial. L'auteur et réalisateur est le cinéaste québécois Denys Arcand.
  • Le dramaturge canadien Tomson Highway écrit et met en scène la pièce The Rex Sisters qui devient une de ses œuvres les plus connues.
  • La contralto canadienne Maureen Forrester publie ses mémoires, un ouvrage intitulé Out of Character (Maureen Forrester : au-delà du personnage) qui relate ses nombreuses rencontres avec des musiciens et imprésarios au cours de sa carrière de cantatrice.
  • Deux semaines après son vol, on retrouve la toile de Picasso intitulée La Femme qui pleure à la consigne automatique de la gare de la rue Spencer à Melbourne, en Australie.