Précédent Forging Utopia (1997)
Oliver, John
Suivant Frenergy (1998)
Estacio, John
Jouer

Taille du fichier: 26.84 Mo

Ce fichier audio dépasse les 6 Mo

18:37

Shattered Night, Shivering Stars (1997)

  • Compositeur: Louie, Alexina
  • Chef d'orchestre: Eddins, William
  • Date de concert: 2003-03-06
  • Enregistrement avec l'aimable autorisation de CBC Radio 2
Portrait du compositeur Louie, Alexina

Louie, Alexina

30 juil. 1949 -

Vue d'ensemble

L'impression de mystère et d'émerveillement mêlés de crainte que l'on ressent lorsqu'on observe le ciel nocturne fut la source d'inspiration de Shattered Night, Shivering Stars. Louie parvient à traduire directement dans sa musique les effets d'éclatement (shattered) et de frissons (shivering).   En savoir plus

Biographie

Née à Vancouver, le 30 juillet 1949;
vit maintenant à Toronto

Compositrice de renommée internationale, couronnée de deux prix Juno, Alexina Louie compte parmi les compositeurs classiques canadiens les plus joués. Mme Louie a reçu de nombreuses commandes des plus importants orchestres, ensembles de musique nouvelle, formations de chambre et solistes au Canada, qui interprètent régulièrement ses œuvres. De fréquentes tournées lui ont permis de s’imposer sur la scène internationale tout en contribuant à faire connaître la musique nouvelle canadienne à l’étranger. Ses œuvres ont été dirigées par des chefs d’orchestre aussi prestigieux que Pinchas Zukerman, Sir Andrew Davis, Leonard Slatkin, Alexander Lazarev et Charles Dutoit, pour n’en citer que quelques-uns.

En mars 2002, à l’occasion du lancement du Programme de musique nouvelle du CNA, Alexina Louie a reçu l’une des trois bourses de 75 000 $ décernées aux lauréats du Prix de composition du CNA. Chaque compositeur a reçu pour commande de créer trois nouvelles œuvres pour l’Orchestre du Centre national des Arts et de collaborer avec celui-ci à une série d’activités d’initiation à la musique nouvelle. La première œuvre de Mme Louie en réponse à cette commande, le Quatuor à cordes no 2, a été créée en première mondiale en juillet 2003 dans le cadre du Festival des grands compositeurs. Sa deuxième œuvre, une pièce pour plein orchestre intitulée Infinite Sky with Birds, a été présentée en première par l’Orchestre du CNA en février 2006. De plus, une nouvelle orchestration commandée pour sa pièce Bringing the Tiger Down From the Mountain II, initialement écrite pour violoncelle et piano, a été créée au CNA avant de figurer au programme de la Tournée de novembre 2004 de l’Orchestre du CNA en Colombie-Britannique. Alexina Louie accompagnait l’Orchestre dans cette tournée, au cours de laquelle elle a animé une série d’ateliers de composition pour des élèves de musique d’écoles secondaires et d’universités locales. L’ensemble a exécuté de nouveau Infinite Sky with Birds en 2007 au CNA et à Toronto, et a inscrit cette pièce au programme de sa tournée d’octobre-novembre 2008 dans l’Ouest canadien, à laquelle se joindra la compositrice. Alexina Louie a par ailleurs été chef compositrice à l’édition 2005 du Programme des jeunes compositeurs de l’Institut estival de musique du CNA.

Le Centre national des Arts et la CBC lui ont commandé conjointement Shattered Night, Shivering Stars, dont l’Orchestre du CNA a donné la première exécution publique en 1997. Cette œuvre, de même que quatre autres pièces d’Alexina Louie relevant du répertoire orchestral, choral, concertant et vocal, ont été enregistrées par l’Orchestre sous la direction de Mario Bernardi, sous l’étiquette Disques CBC/SRC. L’album Shattered Night, Shivering Stars a remporté un prix Juno en mars 2000.

Reçue récemment au sein de l’Ordre de l’Ontario pour son apport exceptionnel à la musique, Mme Louie se distingue par une imagination et une technique hors du commun, marquées par une grande variété d’influences allant de son patrimoine chinois à ses études approfondies en théorie, en histoire et en interprétation. L’examen constant de partitions musicales, l’écoute assidue d’enregistrements, la fréquentation de la littérature, de la poésie et des arts visuels, la pratique de l’introspection et surtout celle, soutenue, de la composition ont aidé Alexina Louie à se forger un style éminemment personnel, enraciné à la fois dans les traditions de l’Orient et celles de l’Occident.

Souvent appelée à composer des musiques de films, Mme Louie a collaboré récemment avec son mari Alex Pauk, chef d’orchestre, compositeur et directeur musical de l’Esprit Orchestra, pour écrire la musique orchestrale du long métrage Last Night de Don McKellar (Prix de la Jeunesse au Festival de Cannes en 1998). Leur musique a été mise en nomination dans la catégorie « meilleure musique originale » aux prix Génie en 1998 et a fait l’objet d’un enregistrement sur CD sous étiquette Sony Classical. Le tandem Louie-Pauk a aussi composé la musique du film The Five Senses de Jeremy Podeswa, celle de After the Harvest, un téléfilm de M. Podeswa, cellede Ravel’s Brain, un docudrame de Rhombus Media, et celle d’un long métrage intitulé Perfect Pie, également de Rhombus Media.

Le mini-opéra Toothpaste, que Mme  Louie a composé pour la télévision avec le librettiste Dan Redican (Puppets Who Kill), a été télédiffusé dans plus d’une dizaine de pays. La collaboration Louie-Redican s’est poursuivie avec Burnt Toast, une série de huit mini-opéras bouffe pour la télévision.  La musique de ballet d’Alexina Louie intitulée Wolf’s Court, chorégraphiée par Matjash Mrowzewski pour le Ballet national du Canada, fut la première composition canadienne importante à être exécutée au Four Seasons Centre for the Performing Arts de Toronto en juin 2007 au cours de la saison inaugurale du centre.

Alexina Louie est aussi la compositrice en résidence de la Compagnie d’opéra canadienne, pour laquelle elle a composé un opéra de longue durée, The Scarlet Princess, en collaboration avec David Henry Hwang, dramaturge lauréat d’un prix Tony (M. Butterfly). Leur opéra a été créé en version de concert par la Compagnie d’opéra canadienne en avril 2002.

Mme Louie a travaillé comme compositrice en résidence pour plusieurs festivals de musique, notamment le Scotia Festival en 1993, le Vancouver Chamber Music Festival en 1994, le Boris Brott Summer Music Festival en 1996 et le Banff Arts Festival en 1999.

Alexina Louie a reçu un doctorat honorifique de l’Université de Calgary en 1997. Elle s’est vu attribuer la médaille commémorative du Jubilé d’or de la reine en 2002. En 2003, elle a obtenu le prix Jan V. Matejcek de la SOCAN couronnant le compositeur classique canadien le plus joué; c’était la troisième fois qu’elle remportait ce prix depuis sa création en 1990. En 2005, Alexina Louie a été décorée Officier de l’Ordre du Canada et, à l’automne 2006, elle a été accueillie au sein de la Société royale du Canada.

Programme de concert

Alexina Louie  : Née à Vancouver, le 30 juillet 1949; vit maintenant à Toronto

Alexina Louie marque sa musique d’une empreinte bien personnelle, formée d’un mélange unique de ses racines chinoises, d’une palette instrumentale exotique, d’éléments traditionnels et non traditionnels de la musique occidentale, d’images poétiques, d’études en histoire et de sa fascination pour les phénomènes célestes.

Née à Vancouver de parents chinois, Louie a fait des études musicales à l’Université de Colombie- Britannique ainsi qu’à l’Université de Californie à San Diego, où elle a obtenu une maîtrise en composition en 19 74. Elle est demeurée dans le sud de la Californie pour enseigner la théorie, le piano et la composition de musique électronique jusqu’en 1980; elle est alors revenue s’établir à Toronto, où elle habite depuis ce temps.

En 1986, Mme Louie fut nommée «Compositeur canadien de l’année», devenant ainsi la personne la plus jeune à recevoir cette distinction. Elle gagna un prix Juno en 1988 dans la catégorie Meilleure composition de musique classique (Songs of Paradise, interprétée par l’Orchestre du Centre national des Arts en 1986), et fut l’objet d’un film documentaire de Rhombus Media. Elle a reçu à deux reprises (1990, 1995) le prix de la SOCAN décerné au compositeur canadien le plus joué. En 1989, l’Orchestre symphonique de Montréal a joué The Ringing Earth à l’assemblée générale de l’ONU à l’occasion de la Journée des Nations Unies. Le gala officiel d’ouverture de la nouvelle ambassade canadienne à Tokyo a été marqué par l’interprétation de son œuvre Scenes from a Jade Terrace par le pianiste Jon Kimura Parker. Mme Louie reçoit des commandes de la part de solistes et d’organismes musicaux canadiens les plus prestigieux à une telle fréquence qu’elle peut se consacrer entièrement à la composition. Elle travaille présentement à l’écriture d’un quatuor à cordes pour les premières chaises de l’Orchestre du CNA et d’une œuvre pour piano pour le dernier gagnant de la compétition internationale de piano Esther Honens, dont la création aura lieu cet automne. En avril dernier, Louie complétait sa période de résidence auprès de la Compagnie d’opéra canadienne pour qui elle a composé l’opéra The Scarlet Princess en collaboration avec le librettiste David Henry Hwang (M. Butterfly), gagnant d’un Prix Tony. Shattered Night, Shivering Stars est une commmande de l’Orchestre du Centre national des Arts subvention née par le CNA et la SRC. L’œuvre a été composée en 1997 et a été présentée en création mondiale par l’Orchestre du CNA le 16 avril de la même année.

Plus tard, cette œuvre a été en registrée sur un disque compact consacré à la compositrice, sous étiquette Les disques SRC. L’œuvre, qui a donné son nom au disque, Shattered Night, Shivering Stars, a été en nomination pour deux Juno en 2000 et a reçu le prix de la meilleure composition de musique classique.

La compositrice décrit la partition en ces termes :
«Cette pièce incorpore plusieurs des éléments qui ont évolué dans ma musique au cours des ans : sur le plan extérieur, l’inspiration que me procurent les cieux et les étoiles, qui m’emplissent d’une impression de mystère, d’émerveillement et d’admiration et sur le plan intérieur, la recherche d’une vérité personnelle à l’aide du pouvoir expressif de la musique.

« L’oeuvre est inspirée des vers d’un poème de Pablo Neruda : "The night is shattered and the blue stars shiver in the distance" (La nuit s’est fracassée et les étoiles bleues frémissent au loin). Le pouvoir évocateur des mots "shivering" et "shattered" m’a amenée à explorer différents effets instrumentaux pour susciter des sentiments sensuels et obsédants chez l’auditeur.

« Le poème lui-même révèle le désespoir du poète au départ de sa bien- aimée. Ma composition peut recréer chez l’auditeur des sentiments provoquée par n’importe qu’elle perte dévastatrice. Ce qui reste après un tel "fracassement", ce sont les échos de la fragilité : des frémissements et un cœur mis à nu.

« L’aspect le plus frappant de cette œuvre est la façon dont j’y explore des champs de couleur orchestrale et de texture. Dès le départ, des cloches à traîne au étayent une série de clusters d’accords en expansion qui, comme d’autres clusters d’accords dans l’œuvres, naissent d’une seule note et se développent en un champ de couleurs orchestrales.

« D’autres fois, un accord riche et étendu se dissout pour ne laisser entendre qu’une seule note à l’unisson. La deuxième section, pointilliste, au mouvement rapide, portant l’indication scintillante, leggiero (scintillant, léger), comportant des trilles rapides, des notes répétées et des passages rapides, se transforme en une texture plus vaste, plus sombrement agitée de notes répétées.

« Dans la section suivante, cet élément répétitif part des cordes graves en pizzicato et intègre graduellement d’autres instruments, progressant ainsi à travers toute la palette orchestrale pour finalement atteindre son point culminant dans le registre aigu avec la flûte et le piccolo comme seuls instruments.

« Tirés d’un énorme fracas dans tout l’orchestre, de vastes accords en expansion mènent à la tranquillité de la section centrale, qui se concentre sur des virevoltements primitifs et sensuels à la flûte sur un fond de glissandi aux cordes. Les sonorités obsédantes d’un vibra phone frotté avec un archet, d’un gong d’eau, d’une grosse caisse et de bols de temple se font en tendre tout au long de cette section.

« Des éléments des sections précédentes reviennent dans la suivante, sous une forme modifiée, notamment l’accord final "extensible" du début de l’œuvre, un do à l’unisson qui naît d’un large cluster dramatique, martelé de façon répétitive et qui finit par se dissoudre, ainsi que de glissandi dans toutes les cordes. Des éléments frappants aux percussions réapparaissent lorsque la pièce se termine sur un effet de mystère aux cordes supérieures (une cour se calme aussi aiguë que possible se terminant en de rapides glissandi ascendants). Sous cette texture lumineuse, des flûtes frémissantes font en tendre une dernière phrase pour laisser l’œuvre s’éteindre sur le chatoiement d une cymbale sur tige disparaissant dans le néant. »

Robert Markow

Cette année dans l'histoire: 1997

Histoire, politique et affaires sociales

  • Le programme de développement des Nations unies vote le Canada comme meilleur lieu où résider pour la 4e année consécutive.
  • Le Parti libéral du Canada du premier ministre Jean Chrétien remporte une deuxième élection majoritaire.
  • Le Canada se joint à 160 pays de partout au monde au Sommet environnemental de Kyoto, dont la conclusion sera le Protocole de Kyoto.
  • Plus de 120 nations se rencontrent à Ottawa. Le Canada est le premier pays à signer un traité international qui bannit les mines antipersonnel. Le 3 novembre, le Canada détruit les dernières mines de son arsenal.
  • Le sommet de l’APEC se tient à Vancouver. La controverse survient quand la Gendarmerie royal utilise la force et le poivre de Cayenne pour repousser les manifestants.
  • Le Pont de la Confédération ouvre, liant l’Île-du-Prince-Édouard au Nouveau-Brunswick.
  • Diana, princesse de Galles, est conduite à l’hôpital après un accident d’auto dans le tunnel du Pont de l’Alma. Elle sera prononcée morte à 4 heures du matin le 31 août 1997.
  • Le transfert de la souveraineté d’Hong Kong du Royaume-Uni à la République populaire de Chine, est complété.

Nature, science et technologie

  • Le président américain Bill Clinton bannit le financement fédéral des recherches sur le clonage humain.
  • Des scientifiques annoncent que des chromosomes humains artificiels ont été créés.
  • La pile à combustible propulsée au pétrole est inventée.

Arts, lettres et divertissement

  • La chanteuse canadienne folk Joni Mitchell est investie au Rock and Roll Hall of Fame.
  • Le quatrième roman de Jane Urquhart, The Underpainter (Le peintre du lac), est publié et connaît un grand succès, remportant notamment le Prix du Gouverneur général et occupant une place importante sur la liste des bestsellers.
  • Après 15 ans sur les ondes, Peter Gzowski quitte l’émission radio de CBC Morningside.
  • Michael Adams publie son populaire livre Sex in the Snow: Canadian Social Values at the End of the Millennium.
  • Barry Broadfoot publie le bestseller Ten Lost Years: Memories of the Canadians Who Survived the Depression.
  • Mordecai Richler remporte le Prix Scotiabank Giller pour son roman Barney’s Version.
  • Le géant du jazz Oscar Peterson reçoit un Grammy pour l’ensemble de sa carrière.
  • Atom Egoyan est nominé aux Oscars comme meilleur réalisateur pour The Sweet Hereafter (De beaux lendemains).