Précédent Double Concerto pour alto et violoncelle (2008)
Forsyth, Malcolm
Suivant Symphonie no 4 en la majeur, opus 90, « Italienne » (0)
Mendelssohn, Félix
Jouer

Taille du fichier: 25.28 Mo

Ce fichier audio dépasse les 6 Mo

21:03

Dream-e-scape (2009)

  • Compositeur: Schafer, R. Murray
  • Chef d'orchestre: Summers, Patrick
  • Date de concert: 2009-05-20
  • Enregistrement avec l'aimable autorisation de CBC Radio 2
Portrait du compositeur Schafer, R. Murray

Schafer, R. Murray

18 juil. 1933 -

Vue d'ensemble

Dans cette œuvre, le compositeur a tenté « de saisir l'incohérence du rêve où tout est mouvant et flou. Le rêve est une succession d'images – tour à tour choquantes, attirantes, repoussantes, voluptueuses ou risibles – sans aucun ordre ni cohérence. » En savoir plus

Biographie

Né à Sarnia, Ontario, le 18 juillet, 1933;
habite maintenant à Indian River, Ontario

Compositeur canadien le plus en vue, R. Murray Schafer s’est révélé, en cette ère de spécialisation à outrance, un véritable homme-orchestre. Il est renommé sur la scène nationale et à l’échelle internationale non seulement pour sa démarche de compositeur, mais également à titre d’éducateur, d’environnementaliste, d’homme de lettres, de visualiste et d’éveilleur de consciences. Après avoir obtenu une licence en piano des Royal Schools of Music (Angleterre), il a poursuivi ses études au Royal Conservatory of Music et à l’Université de Toronto, avant d’aller parfaire sa formation en Autriche et en Angleterre.

La diversité de ses centres d’intérêt trouve écho dans la formidable étendue de son œuvre : ouvrages savants, œuvres dramatiques, pièces pour chœurs amateurs et professionnels, œuvres orchestrales créées sur commande pour les orchestres symphoniques de Toronto, de Montréal, de Kyoto, de Tokyo et plusieurs autres, en plus d’un cycle de onze quatuors à cordes et de nombreuses compositions pour voix soliste avec accompagnement au piano ou à l’orchestre. Il faut ajouter à cela le monumental PATRIA, son cycle de douze drames musicaux reliés entre eux dont plusieurs ont été présentés dans des lieux inusités, ou à des moments précis de la journée ou de l’année.

Inventeur du terme « soundscape » (que l’on peut traduire par paysage sonore ou environnement sonore), M. Schafer est à l’origine d’une nouvelle discipline, l’écologie acoustique, qu’il a développée dans le cadre du World Soundscape Project (« projet mondial d’environnement sonore ») dont il s’est fait le fer de lance à l’Université Simon Fraser à Vancouver au débuts des années 1970. Il a décrit ces recherches dans plusieurs publications, notamment The Tuning of the World (en français : Le Paysage sonore, un ouvrage traduit en plusieurs langues et constamment réédité depuis trente ans). La notion de « paysage sonore » embrasse toutes les disciplines qui traitent du son, et l’intérêt croissant pour la recherche sur le paysage sonore partout dans le monde a mené à la formation du World Forum for Acoustic Ecology (WFAE – « forum mondial pour l’écologie acoustique ») en 1994. Le WFAE organise des congrès internationaux et publie un journal intitulé Soundscape. Toute cette activité a influencé d’innombrables compositeurs dans le monde entier et orienté les propres œuvres environnementales de M. Schafer.

En 1975, R. Murray Schafer a quitté le département des Communications de l’Université Simon Fraser pour se consacrer à ses activités de compositeur et d’écrivain indépendant en Ontario. Établi en milieu rural, il a eu l’occasion d’œuvrer au sein des collectivités de Maynooth et de Peterborough, illustrant de façon remarquable comment les artistes contemporains peuvent intégrer leur démarche aux sociétés dans lesquelles ils vivent. À Maynooth, il a fondé le Maynooth Community Choir, un chœur amateur avec lequel il a écrit et produit la pièce de théâtre musical Jonah. Il a choisi sa deuxième demeure rurale près de Peterborough afin d’y travailler à des projets artistiques de concert avec la population. La présentation de Patria 3 : The Greatest Show à Peterborough, en 1987 et 1988, faisait appel à la participation de nombreux talents amateurs locaux. Pendant les quelques années où il a assuré la direction artistique du Festival of the Arts de Peterborough, il a contribué à faire d’un petit événement local, à la programmation traditionnelle, un festival artistique ambitieux et diversifié qui s’est attiré à la fois un fort soutien local et une reconnaissance nationale. M. Schafer encourage les artistes à puiser leur inspiration dans les richesses de la culture locale et de leur environnement immédiat. La splendeur de la nature canadienne constitue le décor du prologue de Patria, intitulé The Princess of the Stars, qui a été présenté plusieurs fois en plein air un peu partout au Canada. Deux autres œuvres également conçues pour être jouées en plein air, The Enchanted Forest et The Palace of the Cinnabar Phoenix, ont été présentées dans la réserve forestière et faunique d’Haliburton en 2005 et 2006, respectivement.

Au-delà de son œuvre de dramaturge, d’éducateur, de journaliste musical et de pionnier de la recherche en matière d’environnement sonore, on lui doit aussi d’importants travaux à titre de musicologue, d’homme de lettres, d’écrivain et de visualiste. Son livre intitulé E.T.A. Hoffman and Music constitue le premier ouvrage d’érudition sur ce sujet, et son Ezra Pound and Music est une référence en littérature et en musique. En plus de ses écrits en prose, il est l'auteur d'un certain nombre de créations de fiction, comprenant les nouvelles Dicamus et Labyrinthos et Ariadne, qui mettent en valeur ses talents de calligraphe et d'artiste visuel. On peut aussi constater ses dons de visualiste dans les illustrations et les notations graphiques qui émaillent bon nombre de ses partitions, dont plusieurs sont exposées dans des musées et des galeries d’art.

M. Schafer est particulièrement renommé pour ses écrits portant sur l’enseignement de la musique, notamment The Composer in the Classroom (1965), Ear Cleaning (1967), Creative Music Education (1976), A Sound Education (1992) et HearSing (2005). Ses livres ont été traduits en de nombreuses langues, et ses méthodes novatrices sont utilisées dans des salles de classe partout dans le monde.

Dans les années 1980, M. Schafer a écrit des concertos pour flûte, pour harpe et pour guitare, trois quatuors à cordes, et plusieurs pièces de musique de chambre et œuvres orchestrales, en plus d’honorer les commandes qui continuent d’affluer aujourd’hui encore. Son amour des voix féminines en solo, en particulier, lui a inspiré de nombreuses compositions. Il a notamment écrit, pour le riche mezzo-soprano de sa partenaire Eleanor James, de la musique de chambre exigeante (Tanzlied pour voix et harpe, Tantrika pour voix et percussions) ainsi que des pièces pour voix et orchestre (Letters from Mignon et Thunder/Perfect Mind). Ces œuvres, de même que la version orchestrée de ses Minnelieder, ont fait l’objet d’un récent enregistrement lancé par la marque ATMA Classique en mai 2007 qui a récolté les éloges de la critique. Mme James a aussi tenu des premiers rôles dans la plupart des drames musicaux du cycle Patria.

L’éclectisme de R. Murray Schafer contredit les généralisations usuelles au sujet du style; on peut décrire son œuvre comme une synthèse des techniques d’avant-garde du XXe siècle et de l’esprit romantique du XIXe siècle. En 1977, il a reçu le titre de Compositeur de l’année décerné par le Conseil canadien de la musique et le prix Jules Léger pour la nouvelle musique de chambre, deux distinctions qui étaient alors accordées pour la première fois. En 1980, il a été couronné du Prix international Arthur-Honegger; en 1985, il a mérité le prix national du Banff Centre for the Arts et en 1987, il est devenu le tout premier lauréat du prix Glenn Gould, une récompense triennale assortie d’une bourse de 50 000 dollars. M. Schafer détient sept doctorats honorifiques de différentes universités au Canada, en France et en Argentine. Yehudi Menuhin saluait en lui « une imagination et une intelligence hautement originales et d’une grande puissance dynamique, dont les multiples expressions personnelles et les aspirations sont en accord total avec les besoins urgents et les rêves de l’humanité d’aujourd’hui. »

Programme de concert

Raymond Murray Schafer : Né à Sarnia (Ontario) le 18 juillet 1933; vit actuellement à Indian River (Ontario)

Au fil des années, l'Orchestre du Centre national des Arts a interprété la musique de R. Murray Schafer à plus de trente reprises et dès 1973 (c'est-à-dire seulement quatre ans après la création de l'Orchestre), lorsqu'il lui commanda l'œuvre intitulée East. Depuis, l'Orchestre du CNA lui a commandé quatre autres compositions dont Dream-E-Scape, œuvre qui a été créée le 21 mai 2009.

Le compositeur présente les mots d'explication suivants : « J'ai écrit Dream-E-Scape au cours d'une période de 26 jours, sans revenir en arrière ni essayer de me rappeler ce que j'avais composé la veille. Mon objectif était de tenter de saisir l'incohérence du rêve où tout est mouvant et flou. Le rêve est une succession d'images –tour à tour choquantes, attirantes, repoussantes, voluptueuses ou risibles – sans aucun ordre ni cohérence.

Rien dans notre éducation ne nous prépare au cauchemar. Et pourtant, un cauchemar peut nous marquer bien plus que tous les événements que nous pouvons vivre dans notre vie éveillée. Peut-on observer quelque chose de cohérent dans une scène onirique? Oui, peut-être quelques notes récurrentes, une ébauche de mélodie ou un accord monumental provoquant une expérience qui peut s'avérer agréable et enrichissante pour le dormeur ou que l’on veut au contraire oublier au plus vite. »

Robert Markow

Cette année dans l'histoire: 2009

Histoire, politique et affaires sociales

  • Barack Obama prête serment en tant que 44e président des États-Unis. Il est le premier Afro-américain à occuper ce poste. Obama visite le Canada en février lors de son premier voyage à l’étranger.
  • Le 11 juin, l’Organisation mondiale de la santé déclare un avertissement de pandémie causée par le virus H1N1, première du genre depuis la grippe de Hong-Kong en 1968. En novembre, plus de 200 pays et territoires rapportent plus d’un demi-million de cas.
  • L’Allemagne célèbre le 20e anniversaire de la chute du mur de Berlin par une spectaculaire cérémonie à laquelle assistent la majorité des dirigeants européens.
  • Quelques mois à peine après avoir repayé le montant de la caution fournie par le gouvernement, Goldman Sachs annonce un profit de 3,44 milliards $ pour le deuxième trimestre de l’année.

Nature, science et technologie

  • Le 67e Congrès mondial de science-fiction se tient à Montréal
  • Apple annonce qu’elle commencera à vendre de la musique sur iTunes sans protection de droits d’auteurs ou logiciels de gestions de droits numériques. Les consommateurs pourront maintenant déplacer plus facilement leurs chansons entre ordinateurs, lecteurs MP3 et téléphones.
  • Microsoft introduit un nouveau système d’opération, Windows 7.
  • Les astronomes découvrent GJ1214b, la première exoplanète sur laquelle l’eau pourrait exister.
  • George Smitherman, ministre ontarien de l’énergie et des infrastructures, est nommé lauréat 2009 du World Wind Energy Award.

Arts, lettres et divertissement

  • Le chanteur pop Rufus Wainwright crée son premier opéra, Prima Donna, au Festival international de Manchester. Il collabore également avec le metteur en scène Robert Wilson sur une adaptation musicale des sonnets de Shakespeare, présentée pour la première fois au théâtre allemand par le Berliner Ensemble.
  • Linden MacIntyre remporte le Prix Scotiabank pour son roman The Bishop’s Ma.
  • Neil Young est nommé Officier de l’Ordre du Canada.
  • L’auteur John Updike meurt.
  • Le présentateur radio Russ Germain meurt.
  • La vedette de la pop Michael Jackson meurt à 50 ans.
  • La candidate à la vice-présidence Sarah Palin démissionne comme gouverneure de l’Alaska et écrit une autobiographie, Going Rogue: An American Life.
  • Billboard annonce que Madonna est l’artiste au plus haut revenu avec 242,176,466 USD$, amassé principalement lors de sa tournée à guichet fermé Sticky & Sweet Tour.