Précédent Voix ancestrales (1996)
Koprowski, Peter Paul
Suivant Shattered Night, Shivering Stars (1997)
Louie, Alexina
Jouer

Taille du fichier: 16.12 Mo

Ce fichier audio dépasse les 6 Mo

13:25

Forging Utopia (1997)

  • Compositeur: Oliver, John
  • Chef d'orchestre: Miller, David Alan
  • Date de concert: 1998-01-05
  • Enregistrement avec l'aimable autorisation de CBC Radio 2
Portrait du compositeur Oliver, John

Oliver, John

21 sept. 1959 -

Vue d'ensemble

Dans Forging Utopia, John Oliver propose un véritable kaléidoscope de couleurs et d’effets orchestraux en perpétuel changement. Si les textures sont souvent denses, l'harmonie discordante, la métrique pratiquement engloutie sous une pléthore de lignes, la musique offre indubitablement une aura de joie, une énergie jaillissante et une vision optimiste de l'avenir. En savoir plus

Biographie

Vancouver, 21 septembre 1959;
vit à Vancouver

John Oliver s’est taillé une place à part, parmi les musiciens canadiens, en s’imposant à la fois comme compositeur de musique électroacoustique et en tant que guitariste professionnel, deux activités qui s’entremêlent fréquemment. Natif de Vancouver, il s’est fait un nom à Montréal et est maintenant confortablement installé en banlieue de sa ville natale, à New Westminster.

Études

John Oliver a eu pour professeurs John Adams au Conservatoire de San Francisco, Steve Chatman à l’University of British Columbia, et Bruce Mather et John Rea à l’Université McGill de Montréal, où il a obtenu sa maîtrise (1984) et son doctorat en composition (1992). Il a aussi étudié à Darmstadt (1984), à Paris (où il a suivi des cours de psychoacoustique au Centre Pompidou en 1988-1989) et à Bruxelles auprès de Philippe Boesmans (1988-1989).

Le compositeur

La musique de John Oliver a été jouée partout au Canada par Judith Forst, la Canadian Opera Company, l’Opéra de Vancouver et l’Orchestre de Radio Canada à Vancouver, entre autres, ainsi qu’au Mexique et dans plusieurs pays d’Europe. Champion de la musique électroacoustique, il est l’un des membres fondateurs, en 1983, du G.E.M.S. (Group of the Electronic Music Studio), auquel il demeure associé en qualité de compositeur, interprète et chef d’orchestre jusqu’en 1987. À l’automne 1997, il participe aux concerts des pays du bassin du Pacifique dans le cadre du Festival Body Electric/Guitarévolution à Toronto, Vancouver et Victoria, un événement couronné de succès. Dans les années 1990, sa démarche de compositeur se concentre essentiellement sur une série de pièces ayant pour thème l’arrivée prochaine du nouveau millénaire. Il lance ce projet en 1992 avec Gasping MirrorsMiroirs haletants »), suivi la même année de Melody Returning à la conférence Glenn Gould à Toronto. Forging Utopia, un autre volet du « projet du millénaire » du compositeur, lui est commandé par l’Orchestre du Centre national des Arts, qui crée l’œuvre en première mondiale en janvier 1998.

En plus de ses compositions pour orchestre, pour ensembles de chambre et électroacoustiques, John Oliver a écrit deux opéras. Le premier est Guacamayo’s Old Song and Dance (1991), premier opéra intégral jamais créé dans le cadre du programme de résidences pour compositeurs du Banff Center for the Arts. Il est orchestré pour instruments à vent, guitare, percussions, musique électronique en direct, et sons enregistrés dans la campagne guatémaltèque. Son second opéra, Alternate Visions, a été présenté à Montréal en 2007 par la compagnie lyrique Chants Libres.

Le guitariste

John Oliver mène également une fructueuse carrière de guitariste professionnel. Dans les années 1970, il étudie successivement sous la férule de Robert Jordan et de George Sakellariou. De 1991 à 1993, il tient la guitare MIDI au sein de la formation vancouvéroise MORE. Par la suite, il développe un répertoire personnel mettant à contribution différents types de guitares, y compris la guitare MIDI, ainsi que l’ordinateur et les instruments électroniques. En 1997, il interprète quelques-unes de ses nouvelles pièces dans le cadre du Festival Body Electric à Vancouver, Victoria et Toronto, et lance un CD intitulé Icicle Blue Avalanche. Il s’est produit avec ou pour un grand nombre d’organisations, pour ne mentionner que New Music Concerts, Vancouver New Music, Groudswell, Upstream et New Music America. Il joue présentement au sein d’un duo violon-guitare, le Duo Vita.

Résidences

John Oliver a œuvré comme compositeur résident au Banff Centre for the Arts, à la Canadian Opera Company et à l’Opéra de Vancouver. En 1997, il a fondé une étiquette de CD, Earsay, qui se consacre à la promotion de la nouvelle musique.

Prix et récompenses

John Oliver a fait irruption sur la scène internationale au cours de la saison 1988 1989, alors que cinq de ses compositions lui ont valu une récolte de six prix, y compris le grand prix du huitième Concours national des jeunes compositeurs de Radio Canada, le Prix de la Ville de Varèse au Concours Luigi Russolo en Italie, et deux prix au Concours de la SDE Canada (Société des droits d’exécution du Canada) pour jeunes compositeurs.

Programme de concert

John Oliver : Né à Vancouver, le 21 septembre 1959; vit actuellement à Vancouver

Au cours des années 1990, le compositeur John Oliver s'est consacré essentiellement à la composition d'une série d'œuvres ayant pour thème le millénaire. C'est en 1992 qu’il a entamé ce processus avec Gasping Mirrors, suivi un peu plus tard cette année-là par Melody Returning, œuvre présentée à l'occasion de la Conférence Glenn Gould à Toronto. Forging Utopia est un autre volet du projet du millénaire qu’Oliver a imaginé. C'était une commande de l'Orchestre du Centre national des Arts qui fut créée en première mondiale le 5 janvier 1998. Au moment où il composait cette œuvre, Oliver fut interpellé par un extrait de l'ouvrage Dreams of Millennium de Mark Kingwell qui, d'après le compositeur « semblait résumer à la fois l'esprit de la musique [qu'il était en train d'écrire] et l'époque dans laquelle nous vivons ». Le texte de Kingwell se présente comme suit : « Si la présente analyse est plus personnelle qu'autre chose et s'intéresse plutôt à la culture populaire qu’à la culture savante, elle n'est rien de plus qu’une introduction à la “ culture de la limite ”. On ne peut aujourd'hui échapper à l'influence de la culture populaire, et on ne peut se prévaloir d’aucun point de vue bien informé pour émettre des jugements péremptoires. Ce vertige culturel et épistémologique peut véritablement s'avérer angoissant, mais il peut également être passablement grisant, voire libérateur. »

Avec le point de vue de Kingwell en tête, Oliver a composé une œuvre d'une douzaine de minutes qui contient des éléments musicaux d'allure populaire (y compris de brefs extraits de divers hymnes nationaux), une orientation tonale centrée autour du fa majeur et une fin surprise qui se présente comme « une manifestation sonore de [ses] pensées, idées et impressions au sujet du monde dans lequel nous vivons, et comme un moyen d'animer, d'éclairer et de transformer l'auditeur par la musique ».

Inévitablement, ce concept s'impose à notre conscience au moment de passer à un nouveau siècle et, qui plus est, à un nouveau millénaire. Oliver poursuit : « Je me préoccupe plus de l'avenir de la musique que de son passé. Pour que la musique nouvelle occupe une place importante dans la société, elle doit amener les auditeurs à réfléchir à la possibilité d'une existence meilleure. Avant de pouvoir espérer transmettre une musique porteuse de révélation, le compositeur doit lui-même vivre sa propre révélation intérieure.

Lorsqu'on entreprend un voyage, il faut toujours un point de départ, que ce voyage se déroule dans le temps, dans l'espace ou à l'intérieur de nous-mêmes. Forging Utopia propose un voyage de l'âme. À la fin, vous découvrirez peut-être que vous êtes de retour au point de départ. Ou que vous n'êtes jamais parti(e). Ou que vous ne pouvez vous rendre d’ici à là. Ou… »

Robert Markow

Cette année dans l'histoire: 1997

Histoire, politique et affaires sociales

  • Le programme de développement des Nations unies vote le Canada comme meilleur lieu où résider pour la 4e année consécutive.
  • Le Parti libéral du Canada du premier ministre Jean Chrétien remporte une deuxième élection majoritaire.
  • Le Canada se joint à 160 pays de partout au monde au Sommet environnemental de Kyoto, dont la conclusion sera le Protocole de Kyoto.
  • Plus de 120 nations se rencontrent à Ottawa. Le Canada est le premier pays à signer un traité international qui bannit les mines antipersonnel. Le 3 novembre, le Canada détruit les dernières mines de son arsenal.
  • Le sommet de l’APEC se tient à Vancouver. La controverse survient quand la Gendarmerie royal utilise la force et le poivre de Cayenne pour repousser les manifestants.
  • Le Pont de la Confédération ouvre, liant l’Île-du-Prince-Édouard au Nouveau-Brunswick.
  • Diana, princesse de Galles, est conduite à l’hôpital après un accident d’auto dans le tunnel du Pont de l’Alma. Elle sera prononcée morte à 4 heures du matin le 31 août 1997.
  • Le transfert de la souveraineté d’Hong Kong du Royaume-Uni à la République populaire de Chine, est complété.

Nature, science et technologie

  • Le président américain Bill Clinton bannit le financement fédéral des recherches sur le clonage humain.
  • Des scientifiques annoncent que des chromosomes humains artificiels ont été créés.
  • La pile à combustible propulsée au pétrole est inventée.

Arts, lettres et divertissement

  • La chanteuse canadienne folk Joni Mitchell est investie au Rock and Roll Hall of Fame.
  • Le quatrième roman de Jane Urquhart, The Underpainter (Le peintre du lac), est publié et connaît un grand succès, remportant notamment le Prix du Gouverneur général et occupant une place importante sur la liste des bestsellers.
  • Après 15 ans sur les ondes, Peter Gzowski quitte l’émission radio de CBC Morningside.
  • Michael Adams publie son populaire livre Sex in the Snow: Canadian Social Values at the End of the Millennium.
  • Barry Broadfoot publie le bestseller Ten Lost Years: Memories of the Canadians Who Survived the Depression.
  • Mordecai Richler remporte le Prix Scotiabank Giller pour son roman Barney’s Version.
  • Le géant du jazz Oscar Peterson reçoit un Grammy pour l’ensemble de sa carrière.
  • Atom Egoyan est nominé aux Oscars comme meilleur réalisateur pour The Sweet Hereafter (De beaux lendemains).