Précédent Rhapsodie pour 14 cordes (1983)
Forsyth, Malcolm
Suivant Revelation (1984)
Chan, Ka Nin
Jouer

Taille du fichier: 19.07 Mo

Ce fichier audio dépasse les 6 Mo

15:53

Vanishing Points (1983)

  • Compositeur: Rea, John
  • Chef d'orchestre: Armenian, Raffi
  • Date de concert: 1986-06-19
  • Enregistrement avec l'aimable autorisation de CBC Radio 2
Portrait du compositeur Rea, John

Rea, John

14 janv. 1944 -

Vue d'ensemble

Vanishing Points est une musique qui privilégie les couleurs, les motifs et les textures plutôt que les mélodies. Elle trouve son inspiration dans le monde des arts visuels et plus particulièrement dans le procédé consistant à faire converger plusieurs lignes pour suggérer la perspective. En savoir plus

Biographie

Toronto, 14 janvier 1944;
vit à Montréal

Depuis son arrivée à Montréal en 1973, John Rea s’est imposé peu à peu comme l’un des phares de la scène musicale de cette ville. Professeur à l’Université McGill depuis 1973, il a été doyen de la Faculté de musique, en plus de participer à la fondation de deux nouvelles sociétés musicales, d’œuvrer au sein de nombreux conseils d’administration et comités, de rédiger un grand nombre d’articles importants sur la musique du XXe siècle et, surtout, de composer une quantité impressionnante d’œuvres musicales.

Les débuts

John Rea étudie la composition à la Wayne State University à Detroit, à l’Université de Toronto, où il a pour professeurs John Weinzweig et Gustav Ciamaga, et à l’Université Princeton, sous la férule, entre autres, de Milton Babbitt. Il obtient son doctorat de Princeton en 1978. Il séjourne à Berlin en 1979-1980 et plus tard à Mannheim, où il œuvre comme compositeur résident en 1984.

Activités à Montréal

Depuis 1973, John Rea enseigne la théorie musicale et la composition à la Faculté de musique de l’Université McGill, dont il a aussi été le doyen de 1986 à 1991. Pendant vingt-cinq ans (1982-2007), il a occupé différents postes administratifs a sein de la première société de musique nouvelle du Canada, la Société de musique contemporaine du Québec (SMCQ, fondée en 1966). En 1978, il a participé à la fondation de deux nouvelles sociétés musicales : Traditions musicales du monde, vouée à la promotion des musiques non occidentales, et Les Événements du neuf, qui allait donner naissance au Nouvel Ensemble Moderne (NEM) en 1990.

La musique

Dans beaucoup de ses compositions, John Rea s’amuse à brouiller les frontières entre l’imaginaire et la réalité, ainsi que les perceptions spatiales et temporelles. Vivement impressionné par les tableaux et les dessins de Vasarely et d’Escher, il y a puisé l’inspiration d’un certain nombre de ses œuvres, notamment Hommage à Vasarely, Over Time, Time and Again, Some Time Later, Vanishing Points, Treppenmusik (« Musique d’escalier ») et Einer nach dem Andern (« L’un après l’autre »). Le compositeur affirme que « la malléabilité de la forme et l’art de la métamorphose sont les fondements véritables de la musique », mais dans ces œuvres ce processus devient presque une fin en soi. Il a par ailleurs décrit sa musique comme le fruit d’une alternance « entre une poésie liée à la projection d'une géométrie acoustique et une autre associée à la projection de narrations ou d'une certaine théâtralité ».

Des projets d’envergure

Parmi les plus importantes réalisations de John Rea, il convient de souligner sa très applaudie réorchestration pour vingt-et-un musiciens de Wozzeck, le révolutionnaire opéra d’Alban Berg (initialement écrit pour un très grand orchestre), qui a été présentée à Banff et à Montréal en 1995. Il a aussi orchestré les Sieben frühe Lieder (« Sept chants de jeunesse ») de Mahler (2003), en plus de créer plusieurs œuvres théâtrales, notamment Sacrée Landowska (2001) et des musiques de scène pour les pièces Urfaust, d’après Goethe, et Pessoa, toutes deux pour le Théâtre UBU (1999).

Prix

John Rea ne cesse d’accumuler les prix et les récompenses depuis le milieu des années 1960. En 1968, il a remporté un « BMI Award to Student Composers »; l’année suivante, il récoltait le troisième prix du Concours international de musique de ballet en Suisse et, un an plus tard, il mettait la main sur le prix John Adaskin Memorial. Sa pièce Com-possession a été couronnée du prix Jules-Léger pour la nouvelle musique de chambre en 1981, et il a remporté une fois de plus ce prix prestigieux, onze ans plus tard, pour Objets perdus. Il a aussi reçu un prix Opus à titre de compositeur de l’année pour la saison 2004-2005.

Programme de concert

John Rea : Né à Toronto, le 14 janvier 1944; vit actuellement à Montréal

Si l'on se fie aux titres des œuvres de John Rea – Time and Again, Over Time, Some Time Later et Einer nach dem andern (L'un après l'autre) – on peut en déduire que sa musique s'intéresse principalement à l'agencement des sonorités musicales dans le temps et l'espace. « La malléabilité de la forme et l'art de la transformation sont en fait les caractéristiques de toute musique », fait remarquer Rea. Cependant, dans les œuvres susmentionnées, ce procédé devient pratiquement une fin en soi. Pour Vanishing Points (« points de fuite »), Rea a trouvé son inspiration dans les arts visuels, inspiration qui lui a également servi pour les deux autres œuvres du triptyque musical qui comprend par ailleurs Hommage à Vasarely (1977) et Treppenmusik (1982). Le compositeur écrit :

« Comme son titre l'indique, Hommage à Vasarely se veut être une évocation musicale des figures géométriques que l'on trouve dans l'œuvre de Victor Vasarely, alors que Treppenmusik (“ musique d'escalier ”) s'inspire des structures en boucle et des illusions d'optique de l'artiste hollandais M.C. Escher. Quant à Vanishing Points, une œuvre qui n'est pas reliée au travail d'un artiste en particulier, elle fait néanmoins allusion au “ point de fuite ”, principe souvent appliqué dans les œuvres picturales. Des mélodies fugaces disparaissent et réapparaissent dans des accelerandos continus qui rappellent, dans les arts visuels, les effets de perception résultant de la convergence d'une ou plusieurs lignes afin de créer une impression de perspective. »

Cette œuvre d'une durée de 13 minutes se déploie au cours d'une série continue et ininterrompue de motifs musicaux. Ces motifs sont composés essentiellement de cellules mélodiques de trois et quatre notes et de trilles qui se chevauchent, s'imbriquent et se combinent en vagues sonores palpitantes et urgentes.

Vanishing Points est une commande de l'Orchestre national des jeunes qui a bénéficié d'une bourse du Conseil des Arts du Canada. L'œuvre a été créée par l'ensemble Esprit Contemporain de Toronto à l'occasion de son concert inaugural (depuis 1986, cette formation est connue sous le nom d'Esprit Orchestra) auquel s'étaient joints les musiciens de l'Orchestre national des jeunes, à Kingston (Ontario), le 19 août 1983.

La partition est dédiée au chef d'orchestre et compositeur Alex Pauk.

Robert Markow

Cette année dans l'histoire: 1983

Histoire, politique et affaires sociales

  • Le 1er janvier, le système métrique de poids et de mesures est officiellement adopté par le gouvernement fédéral.
  • Plus de 80,000 protestent un peu partout au pays contre la course à l'armement alors que les États-Unis prévoient tester le missile de croisière au Canada.
  • La Loi 101, protégeant le français au Québec, est jugée inconstitutionnelle.
  • Brian Mulroney remplace Joe Clark comme chef du parti conservateur du Canada.
  • Le président américain Ronald Reagan signe une loi qui fait de chaque troisième lundi de janvier une fête nationale honorant la mémoire de l'activiste Martin Luther King, Jr.

Nature, science et technologie

  • L'ARPANET se transforme pour utiliser le Protocole Internet, créant l'Internet.
  • Les verres de contacts souples à foyer progressif sont inventés.
  • Apple Inc. lance l'ordinateur personnel Apple Lisa.
  • L'immunosuppressant cyclosporine est approuvé par le FDA, menant à une révolution dans le domaine des transplantations.

Arts, lettres et divertissement

  • Le pianiste canadien Glenn Gould meurt.
  • Porky’s, le film canadien ayant connu la plus grosse recette au box-office (plus de 100 millions) reçoit le Golden Reel Award.
  • La Société de développement de l'industrie cinématographique canadienne devient Téléfilm Canada.
  • Le conseil national de la thérapie par l’art du Canada est fondé à Ottawa.
  • L’auteure québécoise Gabrielle Roy meurt.
  • Le film Never Cry Wolf (Un homme parmi les loups) est adapté du livre du même titre de Farley Mowat.