Précédent Pulau Dewata (1977)
Vivier, Claude
Suivant Antinomie (1977)
Hétu, Jacques
Jouer

Taille du fichier: 10.2 Mo

Ce fichier audio dépasse les 6 Mo

24:36

Au Château de Pompairain (1977)

  • Compositeur: Mather, Bruce
  • Chef d'orchestre: Bernardi, Mario
  • Soloiste(s): Mailing, Phyllis (mezzo-soprano)
  • Date de concert: 1977-05-04
  • Enregistrement avec l'aimable autorisation de CBC Radio 2
Portrait du compositeur Mather, Bruce

Mather, Bruce

09 mai 1939 -

Vue d'ensemble

Le compositeur met en vedette divers instruments tels que la harpe, le glockenspiel, le vibraphone, le marimba, des cloches, des flutes, le piccolo et la trompette, pour créer un paysage sonore d'une douzaine de minutes qui étincelle, scintille, chatoie et éblouit, dans un kaléidoscope de couleurs et de textures en perpétuel changement qui dialogue avec la voix. En savoir plus

Connexion Musicale

Le pouvoir de la voix

Écrire pour la voix humaine offre au compositeur de musique orchestrale des occasions et des défis multiples et uniques, comme le démontre notre sélection d’œuvres des compositeurs canadiens Linda Bouchard, Bruce Mather, R. Murray Schafer, Harry Somers et Claude Vivier. En savoir plus

Biographie

Né à Toronto, le 9 mai 1939;
vit présentement à Montréal

Bruce Mather est né à Toronto, dans un milieu anglophone, mais presque toute sa carrière a gravité autour de la culture française. Il vit à Montréal depuis 1966, a passé beaucoup de temps en France, et possède un tempérament artistique qui épouse étroitement la sensibilité française, notamment par son amour de la poésie et du vin.

Une vie d’universitaire

Bruce Mather est assurément l’un des compositeurs les plus précoces de la seconde moitié du vingtième siècle. Il remporte un prix à dix ans avec une pièce pour piano (Romance en ré bémol) et ne cessera jamais de composer par la suite. Il entreprend sa formation musicale au Conservatoire royal de musique (Toronto) et la poursuit à l’Université de Toronto, à l’Université Stanford et en France, où il étudie auprès de Darius Milhaud (composition), d’Olivier Messiaen (analyse), de Lazare Lévy (piano) et de Pierre Boulez (direction d’orchestre). À Toronto, il a pour professeurs, notamment, Godfrey Ridout, John Weinzweig, Oskar Morawetz et John Beckwith. En 1966, il se joint au corps professoral de l’Université McGill, où il enseigne l’analyse, la composition et l’harmonie jusqu’à sa retraite en 2001. Il compte parmi ses élèves John Burke, John Oliver et Donald Steven. Au cours de l’année scolaire 1979-1980, il œuvre comme professeur invité d’analyse musicale au Conservatoire de Paris.

La musique et le vin

Bruce Mather associe souvent ses deux grandes passions, la musique et le bon vin, dans des compositions inspirées par la noble boisson. Beaucoup de ses œuvres ont pour titre une appellation viticole célèbre, comme Yquem, Clos de Vougeot, Ausone, Barbaresco, Vouvray, Musigny, Barolo et, plus récemment, Pommard (2009) pour quatuor de violoncelles. Voici comment le compositeur décrit lui-même sa façon d’aborder une œuvre qu’il s’apprête à écrire : « Je m’efforce de définir le tableau sonore d’ensemble, une certaine impression ou un certain ‘arôme’ que je recherche. Je m’intéresse beaucoup aux vins, vous savez, et je fais l’analogie (…) il y a des vins qui ont une personnalité distincte, un caractère (…) et c’est la même chose pour une composition musicale. J’essaie d’obtenir une impression générale, de la définir, de la situer très précisément dans ma sensibilité. » Pour donner à Yquem son « arôme » distinctif, par exemple, le compositeur a choisi d’écrire cette pièce pour quatre ondes Martenot et quatre pianos. L’« arôme » de Barbaresco, quant à lui, vient de la profonde résonance des trois instruments à cordes aux voix les plus graves – l’alto, le violoncelle et la contrebasse. En hommage au profond intérêt qu’il manifeste pour le sujet, Bruce Mather a été initié au sein de la Confrérie des Chevaliers du Tastevin, au Château du Clos de Vougeot, en 1987.

La musique de chambre

La musique pour divers ensembles de chambre occupe la plus grande part, et de loin, du catalogue de Bruce Mather. Parmi ses œuvres les plus remarquables, mentionnons les cinq Madrigaux qu’il a composés vers la fin des années 1960 et le début des années 1970, et dont les quatre premiers lui ont été inspirés par l’œuvre du poète québécois Saint-Denys Garneau (1912-1943). Collectivement, ces Madrigaux forment une série d’œuvres pour une ou deux voix avec différents instruments.

La méthode de composition

Quand on lui demande quelle est sa méthode de composition, Bruce Mather répond avec toute l’élégance et la civilité qu’on lui connaît : « Je crois que la musique – et l’art – consiste en fait à mettre en place quelques chose de calculé, de mesuré – des notes et des durées, mais aussi un langage. La difficulté est d’assembler différentes méthodes et techniques, de les faire coïncider exactement avec ce désir impérieux de dire quelque chose, de s’exprimer. (…) Ce que j’essaie de faire, c’est de composer de la musique bien structurée, dans laquelle on trouve un équilibre. »

Autres réalisations

Bruce Mather a remporté deux fois le prix Jules-Léger pour la nouvelle musique de chambre : en 1979 pour Musique pour Champigny et en 1993 pour Yquem. Il a aussi reçu le prix Serge Garant décerné par la Fondation Émile Nelligan (2000). À trois occasions, ses compositions ont représenté le Canada à la Tribune internationale des compositeurs de l’UNESCO (1965, 1969 et 1971). Bon nombre des plus prestigieuses organisations du Canada lui ont commandé des œuvres, notamment l’Orchestre symphonique de Montréal, la Société Radio-Canada, la Société de musique contemporaine du Québec (SMCQ), l’Université de Toronto et l’Université du Manitoba. Bruce Mather est aussi un pianiste renommé. Il a épousé la pianiste Pierrette LePage, avec qui il interprète et enregistre le répertoire contemporain pour deux pianos.

Programme de concert

Bruce Mather: Né à Toronto, 9 mai 1939; vit présentement à Montréal

Il arrive souvent à Bruce Mather de combiner ses deux grandes passions, la musique et les vins fins, dans des compositions inspirées par le jus de la treille. Ses œuvres, destinées le plus souvent à des ensembles de chambre, portent le nom de vins célèbres – Yquem, Sassicaia, Clos de Vougeot, Ausone, Barbaresco, Musigny, Vouvray, Barolo et, tout récemment (2009), Pommard, une œuvre pour quatre violoncelles. La Confrérie des chevaliers du Tastevin a tenu à souligner ce grand intérêt de Mather pour le vin en l’accueillant en son sein au Château de Clos de Vougeot, en 1987.

Au cours de son année sabbatique de l'Université McGill (1975-76), Mather a vécu en France, où il a composé deux œuvres importantes, Au Château de Pompairain et Musique pour Champigny. La première, une commande du Centre national des Arts, tire son nom du château situé près de Portiers, qui appartient à un médecin de Montréal, où le compositeur a séjourné à l'époque. La mezzo-soprano Phyllis Mailing et l'Orchestre du CNA ont créé cette œuvre le 4 mai 1977, sous la direction de Mario Bernardi. Radieuse et rhapsodique, la partie vocale, quoique dépourvue de texte, occupe une place de premier plan tout au long de l'œuvre. Le compositeur met en vedette divers instruments tels que la harpe, le glockenspiel, le vibraphone, le marimba, des cloches, des flutes, le piccolo et la trompette pour créer un paysage sonore d'une douzaine de minutes qui étincelle, scintille, chatoie et éblouit, dans un kaléidoscope de couleurs et de textures en perpétuel changement qui dialoguent avec la voix. Le compositeur écrit : « Dans la première et la troisième section de cette œuvre en trois parties, la ligne vocale est prédominante. Dans la section centrale, la partie vocale, constituée essentiellement de longues notes soutenues, est enveloppée par l'orchestre complet qui crée une paisible “ forêt ” sonore. Chaque instrument ou groupe d'instruments répète plusieurs fois sa propre partie, et comme chaque partie est de longueur différente, la musique change constamment. »

Robert Markow

Cette année dans l'histoire: 1977

Histoire, politique et affaires sociales

  • La révision de la Loi de la citoyenneté entre en vigueur et permet aux Canadiens d’avoir plusieurs citoyennetés.
  • La reine Elizabeth II fait une tournée au Canada lors de son jubilée.
  • Le Québec devient la première juridiction (plus grande qu’une ville ou un pays) au monde à interdire la discrimination dans les secteurs public et privé, selon l’orientation sexuelle.
  • Tommy Prince, un soldat autochtone très décoré, meurt à Winnipeg.
  • La zone économique au large exclusive au Canada est étendue à 200 milles nautiques (370 km).
  • Willie Adams devient le premier Inuk à entrer au parlement, en tant que membre du Sénat.
  • Le célèbre artiste Ojibwa Benjamin Chee Chee se suicide alors qu'il est emprisonné pour avoir perturbé la paix.
  • Le président Carter accorde le pardon aux réfractaires américains à la conscription pendant la Guerre du Vietnam.

Nature, science et technologie

  • Le pipeline de l’Alaska est complété.
  • L’imagerie par résonance magnétique est utilisée pour tracer une carte du cerveau et de d’autres sections du corps.
  • VIA Rail est fondé en tant que société de la couronne, fusionnant les services passagers du CN et du CPR.

Arts, lettres et divertissement

  • Margaret Atwood publie son recueil de nouvelles Dancing Girls.
  • Le chef de groupes Guy Lombardo meurt.
  • L’artiste et auteur William Kurelek meurt.
  • Le film Star Wars est présenté pour la première fois en Amérique du Nord.
  • Elvis Presley meurt à l’âge de 42 ans d’une crise cardiaque.
  • Le Centre Georges Pompidou de Paris ouvre.

Connexion Musicale

Bruce Mather a écrit Au Château de Pompairain alors qu’il était en sabbatique en France. Le processus d’écriture de cette œuvre de commande fut long – cinq mois au total et sept tentatives. Écrite pour la mezzo-soprano Phyllis Mailing, la partition vocale n’a pas de texte et est chantée sur des « a ». Avec son timbre riche, l’orchestration mise sur les percussions comme le marimba, les cloches tubulaires, les gongs et les cymbales pour créer une véritable tapisserie sonore. Le fréquent dialogue entre la harpe et la voix crée un magnifique effet.

La voix humaine est le plus instantané de tous les instruments de musique. C’est l’instrument originel, il est personnel et direct car il n’y a aucun intermédiaire entre le chanteur et l’auditeur. La composition pour voix et orchestre est d’une grande richesse et offre de nombreux défis comme le démontre la présente sélection d’œuvres des compositeurs canadiens Linda Bouchard, Bruce Mather, R. Murray Schafer, Harry Somers et Claude Vivier.

Le module Le pouvoir de la voix montre comment les compositeurs de musique orchestrale utilisent la voix humaine, comment ils utilisent de diverses façons le texte et la narration, et examine les impacts qui résultent du choix des diverses couleurs vocales et des divers registres vocaux. Les œuvres étudiées dans le module Le pouvoir de la voix exposent un certain nombre de stratégies de composition comme les gématries, l’utilisation de documents-sources pour le texte et l’échantillonnage, parmi d’autres. Les élèves voient comment un compositeur choisit le texte de l’œuvre et le rôle que joue ce texte dans l’œuvre pour voix et orchestre.

En savoir plus