Précédent Divertimento n° 6 (1972)
Weinzweig, John
Suivant East (1973)
Schafer, R. Murray
Jouer

Taille du fichier: 12.06 Mo

Ce fichier audio dépasse les 6 Mo

09:56

Hexad (1972)

  • Compositeur: Fleming, Robert
  • Chef d'orchestre: Bernardi, Mario
  • Date de concert: 1972-10-03
  • Enregistrement avec l'aimable autorisation de CBC Radio 2
Portrait du compositeur Fleming, Robert

Fleming, Robert

12 nov. 1921 - 28 nov. 1976

Vue d'ensemble

Si vous avez déjà vu le Centre national des Arts, ne serait-ce que de l'extérieur, vous avez certainement remarqué sa structure de forme hexagonale. L'hexagone est partout. Il en est de même pour l'œuvre de Robert Fleming intitulée Hexad, inspirée par l'hexagone et structurée de la même manière que le CNA. En savoir plus

Biographie

Prince Albert (Saskatchewan), 12 novembre 1921;
Ottawa, 28 novembre 1976

Au cours de sa brève existence de 55 années, Robert Fleming – compositeur, pianiste, organiste, chef de chœur et professeur – a énormément contribué à la vie musicale du Canada. Il a composé beaucoup de musique de concert, mais son rôle le plus important a sans doute été son travail de compositeur à l'Office national du film pendant près d'un quart de siècle.

Les années d'études

Fleming a reçu sa formation dans sa province natale de Saskatchewan. Il est né dans la ville qui a également donné au monde le grand ténor Jon Vickers et un de nos premiers ministres, John Diefenbaker. De 1937 à 1939, il étudie au Royal Conservatory of Music de Londres, dans la classe d’Arthur Benjamin (piano) et celle d’Herbert Howells (composition). De retour au Canada, il poursuit ses études de piano auprès de Lyell Gustin tout en occupant le poste d'organiste adjoint à l'église Saint Alban the Martyr, à Saskatoon. Fleming se rend ensuite à Toronto pour se perfectionner. De 1941 à 1945, il fréquente le conservatoire où il a pour professeurs Healey Willan (composition), Norman Wilks (piano), Ettore Mazzoleni (direction d'orchestre), ainsi que Frederick Silvester et John Weatherseed (orgue).

Son travail à l'ONF

En 1946, Fleming entre à l'Office national du film où il travaille jusqu'en 1970, d'abord à titre de compositeur permanent (1946-1958), puis comme directeur musical (1958-1970). À l'ONF, il compose la musique d'accompagnement d'environ 250 films y compris celle de la série Le Canada en guerre.

Autres œuvres

En plus d'être compositeur, Fleming était un organiste compétent qui a touché les orgues dans plusieurs églises, notamment à l'église unie du Glebe en 1954 et à l'église anglicane Saint George’s de Sainte-Anne-de-Bellevue, au Québec. En 1972, il devient organiste et chef de chœur à l'église anglicane Saint Matthias’ à Ottawa. Depuis son retour à Ottawa en 1970, Fleming enseignait à l'Université Carleton.

Sa musique

Fleming fut un compositeur extrêmement prolifique. En plus de toutes les œuvres qu'il avait composées pour l'ONF, il a laissé plusieurs partitions de ballet, une cinquantaine d'œuvres pour orchestre et harmonie, plus de 25 œuvres de musique de chambre, une quarantaine de pièces pour clavier (piano et orgue), 8 messes, plus de 30 œuvres chorales, une cinquantaine d'hymnes, 30 noëls et plus de 50 mélodies. Sa dernière composition est une musique pour le nouveau rite canadien de l'Église anglicane. Le ballet Shadow on the Prairie (1952, commandé par le Royal Winnipeg Ballet) et The Confession Stone (1966, commande à l'intention de Maureen Forrester) comptent parmi ses compositions les plus populaires. Un fonds de dotation désormais géré par le Conseil des Arts du Canada a été mis sur pied afin de perpétuer sa mémoire. On peut lire au sujet de Fleming dans L’Encyclopédie de la musique au Canada : « Même si ses œuvres s'identifient aisément au XXe siècle, Fleming fait figure de modéré parmi ses contemporains. Ses compositions sont fondamentalement tonales et utilisent les techniques, formes et médias traditionnels d'une manière personnelle. [Ses compositions] font davantage preuve d'à-propos et de simplicité d'expression que d'audace. »

À sa mémoire

Afin de perpétuer la mémoire de Fleming, un fonds de dotation désormais géré par le Conseil des Arts du Canada a été mis sur pied pour financer le prix Robert Fleming. Ce prix est décerné annuellement à un étudiant de grand talent, diplômé en composition et issu d'une université, d’une faculté de musique, d’un département, d’une école ou d’un conservatoire reconnu, afin d’encourager la carrière des jeunes créateurs de musique. Le Festival de musique d’Ottawa a créé lui aussi un prix Robert Fleming. Le Département de musique de l'Université Carleton a établi la Fleming Room afin d'y conserver des collections spéciales de livres et de partitions.

Programme de concert

Robert Fleming : né à Prince Albert (Saskatchewan le 12 novembre 1921; décédé à Ottawa le 28 novembre 1976

Si vous avez déjà vu le Centre national des Arts, ne serait-ce que de l'extérieur, vous avez certainement remarqué sa structure de forme hexagonale. L'hexagone est partout. Il en est de même pour l'œuvre de Robert Fleming intitulée Hexad, inspirée par l'hexagone et structurée de la même manière que le CNA.

Hexad est une des dernières compositions orchestrales de Fleming, une commande de l'Orchestre du CNA pour donner le coup d'envoi de sa saison 1972-1973. Elle fut créée au Centre le 3 octobre 1972, avec Mario Bernardi à la tête de l'Orchestre. Les visiteurs du CNA ne peuvent manquer de remarquer la forme hexagonale, omniprésente, qui constitue la cellule de base de toute la construction du Centre national des Arts. Cette forme géométrique a servi d'inspiration à Fleming pour composer Hexad (hex étant un mot grec qui signifie « six »). Pour son matériau mélodique et harmonique, Fleming s'est servi des correspondances musicales des lettres du mot Hexad (Le « H » étant le si naturel dans l'orthographe musicale allemande; le « X » devenant une pause) – soit B (si), E (mi), - A (la), D (). Il a constitué son schéma rythmique de base en attribuant aux cinq lettres de son titre leurs caractéristiques correspondantes en code morse : H (ti-ti-ti-ti), E (ti), X (ta-ti-ti-ta), A (ti-ta), D (ta-ti-ti) sur une ligne continue.

Poursuivant sur le thème du chiffre six, Fleming explore six différents aspects de ce matériau musical dans six sections reliées entre elles. Dans les notes de programme qu'il avait rédigées pour la première en 1972, John Churchill nous explique que « l'introduction lance clairement l'accord de quatre notes et le rythme du code morse (aux timbales). C'est alors que débute la première des six sections, un beau passage lyrique qui revient tout au long de la pièce et sépare les cinq autres épisodes qui présentent tour à tour leur propre commentaire sur le matériau de base. Le deuxième épisode ressemble à une danse, le troisième prend une allure plus agitée, le quatrième propose un traitement contrapuntique, le cinquième est serein et le sixième plus rythmique et énergique. »

Les six sections sont ensuite reprises dans l'ordre inverse et proposent un autre développement du matériau musical. Lorsqu'arrive la coda, basée sur l'introduction, le voyage autour de l'hexagone est terminé.

Robert Markow

Cette année dans l'histoire: 1972

Histoire, politique et affaires sociales

  • Les libéraux de Pierre Trudeau remportent une minorité aux élections fédérales.
  • La taxe sur les gains de capital entre en effet.
  • Lester B. Pearson meurt.
  • Le Canada et les États-Unis signent l'accord des Grands Lacs sur la qualité de l'eau.
  • Patrimoine canadien est établi.
  • Année record pour les grèves: contrôleurs aériens, techniciens radar et en communication des aéroports, pilotes, gardes de prisons, travailleurs de l'acier à Iron Ore Company of Canada, techniciens de Radio-Canada, débardeurs et travailleurs à la DeHavilland Aircraft Co. tombent tous en grève, certains pour plusieurs mois. En avril au Québec, 200,000 employés quittent leur emploi pour près de deux semaines, plus importante grève de l’histoire canadienne.
  • Les dernières troupes américaines se retirent du Vietnam.
  • Le scandale du Watergate éclate : cinq employés de la Maison Blanche sont arrêtés pour avoir cambriolé les bureaux du Comité national démocrate.

Nature, science et technologie

  • Le système satellite de télécommunication Anik I est lancé.
  • Le président des États-Unis Richard Nixon annonce que 5,5 milliards seront injectés pour le développement du programme spatial.
  • La première calculatrice scientifique de poche, connue plus tard sous le nom d’HP-35, est lancée.

Arts, lettres et divertissement

  • Le Ballet national du Canada crée sa production la plus somptueuse et la plus couteuse de son histoire, La Belle au bois dormant, mettant en vedette Rudolph Noureev.
  • La Maison de Radio-Canada, le centre de diffusion francophone le plus important du monde, ouvre ses portes à Montréal.
  • Robertson Davies publie The Manticore.
  • L’association mondiale du hockey entre en opération; cette ligue professionnelle en compétition avec la LNH comprend des équipes canadiennes à Edmonton, Ottawa, Québec et Winnipeg.
  • Margaret Atwood publie Surfacing.
  • Mordecai Richler publie Shoveling Trouble.
  • Le Conseil des arts établit son programme de banque d’œuvres d’art.
  • L’influent journal de grand format Vanguard commence à être publié par la Vancouver Art Gallery.
  • Le premier marathon de Boston auquel les femmes peuvent participer est tenu.