Artsvivants.ca – La vie secrète des costumes

Silhouettes : activités pour les enseignants et les élèves

Ressources
Nous vous suggérons de consulter les ressources suivantes avant de faire l’activité :

Téléchargez l'activité

Téléchargez les réponses

Une silhouette trace avec netteté les contours d’un personnage-type d’une période en particulier, en fonction des vêtements portés à cette époque. Chaque forme diffère de celles qui sont rattachées au siècle antérieur ou postérieur. Le tracé de votre corps vêtu à la mode actuelle diffère considérablement de celui de votre arrière-grand-père ou de votre arrière-grand-mère au même âge.

L’œil exercé d’un concepteur de costumes peut distinguer avec précision les différentes époques historiques en observant la forme des corps dans leurs vêtements. Les concepteurs de costumes peuvent « lire » un morceau de vêtement de la même façon qu’un architecte lit un bâtiment, en observant les détails de la conception et de la construction qui lui permettent d’en déterminer l’âge, l’histoire, et certains indices sur la vie des personnes qui ont porté le vêtement en question. Un peu de la même façon qu’un détective lit une scène de crime pour en déduire ce qui s’est passé et, dans la mesure du possible, pourquoi c’est arrivé.

Vous verrez ci-dessous dix silhouettes féminines rattachées à différentes périodes historiques. Observez-les pour repérer les détails porteurs d’information. Que pouvez-vous en déduire, en tant que détective? Vous remarquerez que nous avons choisi des silhouettes de femmes : c’est que les changements sont généralement plus marqués chez elles que chez les hommes – même s’il est certain que la tenue d’un aristocrate du temps de Shakespeare diffère sensiblement de la mode masculine moderne.

1. Observation

Observez attentivement les figures ci-dessous, en prenant note des différences sous les angles suivants.

  • Format de la jupe : pleine longueur, étroite, ample, rigide, etc.
  • Taille : étroitement corsetée ou naturelle, plus haute ou plus basse que la taille naturelle.
  • Longueur de la jupe : jusqu’au sol, traînant sur le sol, au-dessus des chevilles, à mi-mollet, aux genoux.
  • Exagération de certains aspects de la forme naturelle du corps : épais ouatage sur les fesses, taille anormalement étroite, torse aplati, poitrine « gonflée ».
  • Quantité d’étoffe utilisée pour confectionner le costume.
  • Forme de la tête surmontée d’un chapeau ou d’une coiffure particulière.

2. Discussion

  • Certaines des robes renvoient-elles à des époques particulières de l’histoire? Quelles époques? Pourquoi?
  • Que pouvez-vous déduire du rôle dévolu aux femmes dans la société en observant ces silhouettes?
  • En observant ces silhouettes, que pouvez-vous déduire des sociétés auxquelles elles appartiennent?
  • L’une ou l’autre de ces silhouettes vous paraît-elle « libérée » par ses vêtements ou, au contraire, prisonnière de ceux-ci?
  • Si vous observiez la silhouette d’une adolescente d’aujourd’hui, que remarqueriez-vous? Abstraction faite de la taille et de la forme naturelles du corps, quels détails vestimentaires distinguent les garçons des filles?
  • Que croyez-vous que nous porterons dans cinquante ans?
  • Quelle silhouette historique vous paraît-elle la plus attrayante? Pourquoi? Vous arrive-t-il de penser que vous appartenez à une autre époque?

3. Défi

Associez chacune des dix silhouettes féminines ci-dessous à sa période historique. Pour vous aider, vous pouvez consulter la liste des périodes possibles sous les silhouettes et faire une recherche sur l’histoire du vêtement. (Certaines de ces silhouettes vous sont peut-être déjà familières si vous cousez ou dessinez, appréciez la peinture et la sculpture figuratives, êtes amateurs de films et de pièces de théâtre historiques, lisez des romans illustrés et des bandes dessinées historiques ou vous intéressez à la mythologie.)

silhouettes

Ces silhouettes sont reproduites ici avec l'aimable autorisation des Éditions Sartorial Press Publications.

  1. Grèce antique/période classique
  2. Ère médiévale (476 à 1350 env.)
  3. Bas Moyen Âge (ou Moyen Âge tardif)/gothique perpendiculaire anglais (vers 1350 – 1450)
  4. Époque élisabéthaine/Renaissance (XVIe siècle)
  5. Fin du XVIIe siècle
  6. Début du XVIIIe siècle
  7. Fin du XVIIIe siècle
  8. Ère victorienne (fin du XIXe siècle)
  9. Début du XXe siècle
  10. Années 1920

Bref survol historique du vêtement

  • Dans la Grèce et la Rome antiques (époque classique), les costumes féminins étaient pour l’essentiel des variations sur un simple rectangle d’étoffe, habituellement cousu sur les côtés, et joint aux épaules et le long des bras. À ce vêtement s’ajoutait souvent une sorte de châle ou de pièce d’étoffe drapée, qui pouvait couvrir la tête.
  • Les vêtements très simples hérités de l’époque classique, sans structure ni formes élaborées, n’ont pas beaucoup changé au cours du Haut Moyen Âge (début de l’ère médiévale).
  • À mesure que se développait le commerce entre les pays d’Europe, vers la fin du Moyen Âge, des métiers d’art comme le tissage et la teinturerie se sont répandus. Les vêtements sont devenus plus colorés et plus ornementés, avec de hautes coiffures pour les femmes et des chaussures aux pointes démesurément longues pour les hommes.
  • Alors que le commerce prenait son essor et que les artisans se déplaçaient pour changer d’emploi, les techniques permettant de créer des formes plus élaborées dans les vêtements, en utilisant des patrons plus complexes, des laçages et des boutonnières, ont commencé à circuler d’un pays à l’autre.
  • La « Renaissance » est un mouvement culturel qui a pris naissance en Italie au milieu du XIVe siècle et s’est répandu dans le reste de l’Europe au cours des décennies et des siècles qui ont suivi. La Renaissance a été marquée par un essor spectaculaire des arts et des sciences, et un intérêt accru pour l’être humain et pour sa place dans le monde. Alors que les artistes de l’ère médiévale (gothique) dépeignaient leurs semblables de façon stylisée et unidimensionnelle, ceux de la Renaissance dessinaient, peignaient et sculptaient le corps humain avec réalisme et sensualité. Les vêtements sont devenus plus décoratifs, plus élégants et davantage représentatifs du pouvoir et du statut social.
  • À la Renaissance, deux innovations liées au commerce ont rendu possible la création de la collerette empesée appelée « fraise » caractéristique du costume de la cour élisabéthaine : la production de dentelle en Italie et l’introduction de l’empois de riz liquide venu d’Asie.
  • Jusqu’aux années 1700, l’industrie du vêtement était la chasse gardée des tailleurs, lesquels avaient tendance à imposer des formes plutôt rigides dans la tenue féminine. Au XVIIIe siècle (le siècle des Lumières), des femmes ont commencé à dessiner et à confectionner des vêtements pour d’autres femmes, et la silhouette de cette période s’est adoucie et arrondie. Les robes étaient élargies par des extensions des hanches appelées paniers, et les courbes étaient accentuées.
  • Vers la fin des années 1800 ((ère victorienne, fin du XIXe siècle), , la mode féminine faisait un peu songer à des uniformes militaires, avec des cols très hauts et des corsages moulants semblables à des tuniques. À mi-corps, on trouvait une tournure, aussi appelée faux cul, qui concentrait beaucoup d’étoffe et de ouatage sur le postérieur des femmes, leur conférant un profil exagéré.
  • La tenue féminine a changé radicalement pendant et après la Première Guerre mondiale (début du XXe siècle). L’effort de guerre des femmes (comme infirmières, ouvrières d’usine, bénévoles) leur a donné une liberté accrue, et de nouveaux droits civiques et économiques. En même temps, les étoffes se sont faites plus rares et plus chères, les fabricants se concentrant sur l’industrie de guerre. Désormais actives dans la société, les femmes n’avaient plus ni l’envie ni les moyens de porter les volumineux vêtements féminins d’avant-guerre. Les jupes ont raccourci et les robes se sont simplifiées.
  • La fermeture à glissière (aussi appelée fermeture éclair) s’est développée et perfectionnée dans les premières décennies du XXe siècle, années 1920, (avec un certain apport du Canada) et a favorisé les lignes pures de beaucoup des vêtements que nous avons portés par la suite. Songez seulement à la façon dont votre blue-jeans s’ajuste à votre corps et vous apprécierez les bienfaits de cette robuste invention.
  • Aujourd’hui, la technologie permet de produire des tissus de plus en plus souples, moulants et extensibles – des qualités qui auront sûrement une incidence sur la silhouette de demain.